Publications

COP20 à Lima : Un dîner de répétition tendu, où tout le monde finit par manger à la même table

21 décembre 2014 - Point Climat - Par : Dr. Ian COCHRAN / Benoît LEGUET

La COP20 à Lima était supposée mettre les négociations sur les rails pour obtenir un accord mondial ambitieux à Paris en décembre 2015. En tant que dîner de répétition de Paris Climat 2015, la COP20 a permis de maintenir et de renforcer la perspective d’un mariage commun d’intérêts où toutes les parties partagent la même table.

La COP20 a rempli ses deux principaux objectifs : définir un cadre – même indicatif – pour la soumission des contributions prévues des pays et déterminées au niveau national (INDC) et l’adoption des éléments pour un projet de texte de négociation qui sera la base des discussions de 2015 sur le chemin de Paris. Mais l’avancée la plus précieuse pourrait être le traitement – ou plutôt l’absence de traitement – que la COP20 a accordé à la différentiation annexe I/non-annexe I. Cela marque un tournant dans les négociations, tous les pays reconnaissant leur besoin de contribuer à l’action climatique.

L’année 2014 a été relativement productive, marquée par l’engagement européen au travers du paquet énergie-climat 2030 et l’accord USA-Chine ainsi que la capitalisation du Fonds vert pour le climat. Néanmoins, de nombreuses questions essentielles pour obtenir des engagements forts en 2015 nécessaires à l’atteinte de l’ambitieux objectif de 2°C restent sur la table.

COP20 à Lima : Un dîner de répétition tendu, où tout le monde finit par manger à la même table Télécharger
Contacts I4CE
Dr. Ian COCHRAN
Dr. Ian COCHRAN
Conseiller Senior - Investissements Climat & Finance Email
Benoît LEGUET
Benoît LEGUET
Directeur général Email
Pour aller plus loin
  • 01/03/2024
    Les aides de crise agricoles ne cessent d’augmenter et ce n’est satisfaisant pour personne

    I4CE s’est livré à un exercice inédit : estimer les soutiens publics au secteur agricole liées aux crises ces dix dernières années. Les dépenses publiques de prévention, surveillance et indemnisation totales ainsi agrégées donnent le vertige : plus de 2 milliards d’euros rien qu’en 2022 – pour indemniser les pertes occasionnées par plusieurs aléas sanitaires, climatiques et géopolitiques concomitants. 

  • 29/02/2024
    Estimation des dépenses publiques liées aux crises agricoles en France entre 2013 et 2022

    Face aux crises climatiques (sécheresses, inondations, gel), sanitaires (grippe aviaire) ou plus globales (COVID-19, guerre d’Ukraine), les aides d’urgence versées au secteur agricoles ont largement augmenté ces dix dernières années pour atteindre plus de 2 milliards d’euros en 2022, c’est ce que montre ce rapport d’I4CE. Si ces aides sont nécessaires, elles sont en revanche satisfaisantes pour personne, ni pour les pouvoirs publics ni pour les agriculteurs.

  • 29/02/2024 Billet d'analyse
    Cadre de certification européen : une esquisse de qualité qui ne garantit pas la valeur du tableau final

    Les co-législateurs européens viennent de se mettre d’accord en trilogue sur le contenu du futur cadre de certification carbone européen (Carbon Removal Certification Framework, CRCF en anglais). Des négociations fructueuses et rapides dans un contexte de recul général sur l’adoption des différents textes du Green Deal. A l’heure où environnement et revenus des agriculteurs sont mis en opposition, ce projet de règlement rassemble ces deux enjeux pour créer des conditions d‘investissement dans la transition agricole et forestière. De nombreux détails restent cependant à clarifier pour que ce cadre permette des financements à la fois efficaces et ambitieux pour le climat.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer