Utilisation des stratégies de long terme pour des investissements alignés avec l’Accord de Paris

Ce rapport d’I4CE s’intéresse aux stratégies de long terme dans les approches d’alignement des institutions de financement du développement. Il explore les rôles que pourraient avoir à la fois le processus d’élaboration de ces stratégies et le document en résultant dans les processus de décision d’investissement. Les résultats sont également pertinents pour d’autres institutions financières.  De plus en plus d’institutions de financement du développement s’engagent à s’aligner avec l’Accord de Paris et utilisent différentes approches et critères de référence pour déterminer si leurs investissements seraient alignés avec les objectifs de l’Accord de Paris. Comme la transition vers un développement bas-carbone et résilient sera propre à chaque pays, ces institutions explorent de plus en plus l’utilisation des stratégies de long terme des pays dans la mise en œuvre de stratégies d’investissements alignés avec l’Accord de Paris.  

 

 

On attend de plus en plus des stratégies de long terme qu’elles aident à déterminer l’alignement des flux financiers avec l’Accord de Paris.

Bien que les stratégies de long terme soient actuellement volontaires, le Pacte climatique de Glasgow adopté lors de la COP26 en 2021 incite les parties à les communiquer et à les mettre à jour régulièrement. Il est prévu que leur nombre continue de croître, que leur qualité s’améliore et que ces stratégies soient de plus en plus référencées et utilisées par les acteurs économiques, et en particulier par les institutions de financement du développement. Dans l’idéal, les stratégies de long terme représentent une vision à long terme propre au pays et peuvent aider les parties prenantes, y compris les institutions de financement du développement, à mieux comprendre les dimensions clés des ambitions climatiques d’un pays. Pour les équipes opérationnelles de ces institutions, les stratégies de long terme peuvent potentiellement garantir que les politiques et les objectifs à court terme, y compris les contributions déterminées au niveau national (CDN), sont cohérents avec les objectifs à long terme de l’Accord de Paris et peuvent contribuer à orienter et à informer les discussions sur l’augmentation du niveau d’ambition à long terme.  

 

 

La stratégie de long terme doit être utilisée en amont, dans le cadre du dialogue de l’institution de financement du développement avec les pays, pour un maximum d’impact climat dans le pays.

Les retours d’expérience à date suggèrent que les institutions de financement du développement devraient utiliser les stratégies de long terme et d’autres données spécifiques au pays le plus tôt possible dans le cycle du projet, y compris lors de la phase d’identification et de conception, afin d’en renforcer l’alignement. Les institutions de financement du développement et les experts ont également noté le fort potentiel des stratégies de long terme et de leur processus de développement pour informer la définition des stratégies d’intervention des institutions de financement du développement dans les pays, et le potentiel que représente leur utilisation dans le dialogue avec les pays. Cette utilisation potentielle des stratégies de long terme dans le dialogue avec les pays est encore plus importante si les institutions de financement du développement soutiennent le processus d’élaboration de ces stratégies de long terme, permettant une compréhension plus profonde des discussions politiques et des aspirations des différentes parties prenantes du pays qui devraient être impliquées dans ce processus national.  

 

 

Les institutions de financement du développement doivent continuer à proposer de manière proactive un soutien technique et financier pour le développement et l’opérationnalisation de stratégies de long terme solides

Pour que les stratégies de long terme réalisent pleinement leur potentiel en tant qu’instruments permettant d’accroître l’alignement global des activités financées à l’international dans un pays, certaines difficultés doivent être résolues. Des recommandations, applicables aux pays et entités développant ou soutenant les stratégies de long terme, ainsi qu’aux institutions de financement du développement ont été identifiées pour relever ces défis, et sont détaillées dans la dernière partie de ce rapport.

 

Cliquez sur ce bouton pour voir l’image

 

Qu’est-ce qu’une stratégie de long terme ? Comment peuvent-elles contribuer à l’alignement avec l’Accord de Paris ? Et comment les rendre utiles aux banques publiques de développement ? Sarah Bendahou répond à ces questions en 2 minutes :

 

Utilisation des stratégies de long terme pour des investissements alignés avec l’Accord de Paris pdf
Contacts I4CE
Sarah BENDAHOU
Sarah BENDAHOU
Cheffe de projet - Finance et développement Email
Alice PAUTHIER
Alice PAUTHIER
Cheffe de projet - Finance et développement Email
Dr. Ian COCHRAN
Dr. Ian COCHRAN
Conseiller Senior - Investissements Climat & Finance Email
Pour aller plus loin
  • 20/01/2023
    Financement du développement : les bonnes résolutions de 2023

    L’année 2022 a abouti à un consensus important : l’architecture financière mondiale n’est plus adaptée aux enjeux actuels. L’écosystème financier créé après-guerre pour soutenir le développement international (au centre duquel se trouvent le FMI et la Banque mondiale) n’a pas été conçu pour répondre à la multiplicité des crises auxquelles le monde est confronté aujourd’hui, au premier rang desquelles le dérèglement climatique. Le temps presse mais la bonne nouvelle est que l’année 2023 sera jalonnée d’évènements importants pour mener à bien la réforme de l’architecture financière internationale, dont le sommet de Paris en juin. Et l’année se terminera à la COP 28, où nous ferons officiellement le bilan des progrès réalisés pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris.

  • 19/01/2023 Billet d'analyse
    2023, l’année de la réforme du financement du développement

    L’année 2022 a abouti à un consensus international : l’architecture financière mondiale n’est plus adaptée aux enjeux actuels. 2023 sera une année de réforme pour le financement du développement, avec de nombreux événements organisés, dont un sommet à Paris, au mois de juin. Alors que les discussions se sont cristallisées autour de la nécessité d’augmenter les volumes de financement pour le développement, Alice Pauthier revient sur l’importance de mettre l’impact au cœur d’une réforme qui devra être tirée guidée au niveau local, par l’identification des besoins de financements pour la transition. Cette réforme est une opportunité à ne pas manquer et les Institutions Financières Publiques ont un rôle clé à jouer dans la future architecture internationale.

  • 15/12/2022
    Les limites des engagements climat volontaires des acteurs financiers privés

    La finance privée ne financera pas la transition sans un engagement plus fort des pouvoirs publics.
    Depuis plusieurs années, et particulièrement depuis la COP 26, beaucoup d’attention et de temps ont été consacrés aux engagements volontaires des acteurs financiers privés. Pris dans le cadre d’initiatives internationales, ces engagements doivent en principe permettre de mobiliser la finance privée au profit de la transition vers une économie neutre en carbone.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer