Publications Certification carbone

Qu’est-ce qu’un « budget vert » ?

24 septembre 2019 - Billet d'analyse - Par : Marion FETET

Alors que le projet de budget 2020 arrive à l’Assemblée nationale, le gouvernement vient de rendre public un rapport sur le « budget vert ». Mais qu’est-ce qu’un budget vert ? Et à quoi peut-il servir ? Marion FETET, qui travaille à I4CE sur le sujet, répond à ces questions.

 

En octobre, le Parlement va voter le budget de l’Etat pour l’année 2020. Le lien avec le climat peut sembler assez lointain au premier abord, mais il s’agit d’un moment essentiel dans la lutte contre le dérèglement climatique. C’est à ce moment qu’on peut parler de l’avenir de la taxe carbone, de la réforme des aides pour la rénovation énergétique ou de celle de l’exonération de taxe sur le kérosène dont bénéficie le secteur aérien.

 

 

Identifier pour mieux informer

Les liens entre budget et climat ne se limitent pas à ces quelques exemples. Il existe de nombreuses autres mesures budgétaires qui ont une influence significative, à la hausse ou à la baisse, sur les émissions de gaz à effet de serre (GES) de la France. Mais ces influences ne sont pas toujours identifiées, ce qui fait que les parlementaires peuvent voter des mesures défavorables au climat sans le savoir. Un « budget vert » n’est pas forcément « vert » en soi, l’objectif d’un « budget vert », c’est justement d’identifier tous les impôts, toutes les dépenses et toutes les niches fiscales qui sont favorables au climat… et tous ceux qui sont défavorables. L’Inspection Générale des Finances (IGF) et le Commissariat Général de l’Environnement et du Développement Durable (CGEDD) viennent de publier leur analyse du budget. Et I4CE publiera le 1er octobre une analyse indépendante de l’intégralité du budget de l’Etat à l’aune du climat.

 

 

250 mesures à suivre ou réformer

Au total, ces travaux montrent qu’il y a plus de 250 mesures favorables ou défavorables au climat dans le budget de la France. Ce recensement les met sur la place publique, sur le radar des décideurs politiques : on peut alors discuter de leur réforme, en concertation avec les secteurs concernés.

 

Ces mesures ne sont pas toujours bien connues. Par exemple, on ne parle quasiment jamais de la taxe sur les cartes grises, alors qu’elle génère plus de 2 milliards de recettes. Elle n’a pas été faite pour aider le climat, mais elle peut s’avérer très utile pour décourager l’achat de véhicules très émetteurs. Peut-être vaudrait-il mieux approfondir le verdissement de cette taxe plutôt qu’augmenter les taxes sur les carburants. Autre exemple : depuis la crise des gilets jaunes, tout le monde sait que le transport aérien bénéficie d’une niche fiscale sur le kérosène. Mais c’est aussi le cas des taxis. En mettant cette niche fiscale sur la table, on peut alors réfléchir à sa réforme : comment continuer à aider les taxis, mais en les aidant à acheter des véhicules moins polluants plutôt qu’en subventionnant le carburant qu’ils consomment.

 

 

Une meilleure transparence à toutes les échelles

Par ailleurs, un budget vert permet à chacun d’entre nous de savoir combien de milliards d’argent public sont dépensés pour aider la France à faire sa transition bas-carbone, mais aussi combien ralentissent cette transition. On peut alors, année après année, suivre l’évolution des finances publiques : dépense-t-on de plus en plus pour investir pour un futur durable ? Et les milliards défavorables au climat diminuent-ils, année après année, comme il faut l’espérer ?

 

Élaborer un budget vert est donc un exercice de transparence indispensable. Et le travail de l’IGF et du CGEDD est à notre connaissance une première mondiale qui doit être saluée. Mais attention : un budget vert serait un échec s’il n’était qu’un rapport de plus ! Ce qui importe, c’est que ce document nourrisse le débat public, informe les parlementaires, les ONG, les entreprises, les citoyens. Idéalement, le gouvernement pourrait dédier l’un de ses Conseils de défense écologique à analyser ce document, et ferait des annonces sur ses prochaines réformes pour verdir le budget.

 

Ce travail de budget vert, la France s’est engagée à le porter lors du One Planet Summit en décembre 2017. L’objectif est maintenant de développer cette analyse dans d’autres pays, qui sont nombreux à avoir signifié leur intérêt pour cet exercice. Et de le décliner au niveau des collectivités locales, qui sont des acteurs clés pour la transition bas-carbone. C’est ce qu’I4CE s’apprête à faire.

Pour aller plus loin
  • 02/12/2022
    La certification carbone européenne doit être exigeante… et attractive

    Comment différentier les projets qui permettent vraiment de stocker du carbone, des projets qui prétendent seulement le faire ? Question compliquée quand on s’intéresse à des projets dans l’agriculture et la forêt, pour lesquels la quantification du carbone stocké est complexe et se heurte au risque de non-permanence, et pour lesquels il faut aussi prendre en compte les autres défis environnementaux à commencer par la préservation de la biodiversité. Une question compliquée donc, mais une question qui nécessite une réponse ! Des acteurs privés et des pouvoirs publics veulent s’assurer que les projets agricoles et forestiers qu’ils financent au nom du climat ont un réel bénéfice environnemental.

  • 01/12/2022 Billet d'analyse
    Certification carbone : la Commission propose un cadre exigeant qui devra aussi être incitatif

    On y voit désormais plus clair sur le futur cadre de certification carbone européen, grâce à la proposition que la Commission vient de rendre publique. Cette proposition donne un cadre, de grands principes directeurs, et les détails seront précisés dès 2023 avec l’appui d’un groupe d’experts. Si le diable se cache dans les détails, le cadrage n’en est pas moins important. Claudine Foucherot d’[i4ce] l’a analysé et identifié quatre points sur lesquels il faudra être vigilant. De manière générale, on peut dire que la Commission fait une proposition ambitieuse qui présente cependant un risque : ne pas être suffisamment incitative pour permettre un déploiement massif des projets. 

  • 08/07/2022 Tribune
    Tribune | Rémunération carbone : nous avons besoin d’une certification européenne ambitieuse et pragmatique

    La Commission européenne va proposer d’ici la fin de l’année une « certification carbone », première étape vers la rémunération des agriculteurs et forestiers qui contribuent au stockage de carbone. Ce projet de certification soulève des débats et des inquiétudes. Pour l’Institut de l’économie pour le climat (I4CE), l’Union européenne peut y répondre et développer une certification ambitieuse en s’appuyant sur l’expérience des Etats membres en la matière.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer