Tribune I Réglementation financière et « relance verte »

4 juin 2020 - Tribune - Par : Michel CARDONA

La pandémie provoquée par le Covid 19 a déclenché une crise économique majeure. Le traitement d’urgence de cette crise s’est largement appuyé sur un recours massif aux instruments fiscaux et monétaires déjà largement utilisés lors de la crise de 2008. Mais la réglementation financière a aussi été mobilisée pour alléger ou assouplir les contraintes prudentielles afin de préserver le financement bancaire des acteurs économiques, notamment ceux les plus touchés par la crise. Ceci illustre les différentes facettes de l’utilisation de la réglementation financière : prioritairement destinée à assurer le fonctionnement efficace des marchés financiers et la stabilité financière, elle peut également être utilisée avec des objectifs de politique économique.

 

La priorité dans le domaine économique est maintenant d’organiser une relance des activités. Et de nombreuses voix s’élèvent pour demander que cette relance soit une « relance verte » pour s’assurer que le « monde d’après » prenne pleinement en compte les exigences de la lutte contre le changement climatique, exigences qui n’ont pas disparu avec la pandémie.

 

 

La réglementation financière a un rôle à jouer dans le cadre de la « relance verte »

Celle-ci a pour objectif d’accélérer le financement de la transition vers une économie bas-carbone et résiliente qui va nécessiter de mobiliser des financements considérables d’ici 2050 pour atteindre la neutralité carbone. Pour la France seule, il manque entre 15 et 18 milliards d’euros d’investissements par an d’ici 2023 pour respecter la trajectoire de la Stratégie Nationale Bas Carbone. Les plans de relance français et européen vont largement s’appuyer sur des financements publics. Mais compte tenu de l’ampleur des besoins de financements nécessaires pour la transition, il est indispensable de compléter les financements publics par la mobilisation des financements privés.

 

Or force est de constater que…

Contacts I4CE
Michel CARDONA
Michel CARDONA
Expert associé senior - Secteur financier, Risques et Changement climatique Email
Pour aller plus loin
  • 16/12/2022
    Les régulateurs de la finance doivent muscler leur jeu

    Il y a un an était créée la Glasgow Finance Alliance for Net Zero. Les attentes étaient aussi grandes que les chiffres : une coalition rassemblant 500 acteurs financiers représentant 130 000 milliards de dollars. Enfin, les acteurs financiers privés se mobilisaient en masse pour le climat. Un an plus tard malheureusement, la coalition fait l’objet de nombreux doutes. D’un côté, elle est critiquée par les ONG et, de l’autre, certains acteurs américains envisagent de la quitter sous la pression des membres du parti républicain. 

  • 15/12/2022
    Les limites des engagements climat volontaires des acteurs financiers privés

    La finance privée ne financera pas la transition sans un engagement plus fort des pouvoirs publics.
    Depuis plusieurs années, et particulièrement depuis la COP 26, beaucoup d’attention et de temps ont été consacrés aux engagements volontaires des acteurs financiers privés. Pris dans le cadre d’initiatives internationales, ces engagements doivent en principe permettre de mobiliser la finance privée au profit de la transition vers une économie neutre en carbone.

  • 14/12/2022
    Mettre en place des plans de transition prudentiels pour les banques : quels sont les impacts attendus ?

    Apparus récemment dans le débat, l’Union Européenne a avancé rapidement sur la question des plans de transition pour les entreprises et les banques. C’est tout d’abord l’apport de la directive CSRD qui oblige chaque entreprise cotée à publier son plan pour atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050. Publiés à l’été par l’EFRAG, les standards retenus pour ces plans peuvent être considérés comme ambitieux et à la hauteur des enjeux. Concernant les banques, il est désormais acté qu’elles vont devoir publier leur plan de transition. Ce qui reste en débat : le fait d’intégrer ces plans de transition dans la réglementation prudentielle, ce qui ouvrirait la voie à de nombreuses possibilités d’actions et de sanctions de la part des superviseurs. 

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer