L’édition 2019 du Panorama des financements climat d’I4CE dresse l’état des lieux des investissements entrepris par les pouvoirs publics, les ménages et les entreprises en faveur du climat.

L’édition 2019 du Panorama révèle que les investissements en faveur du climat ont dépassé 45 milliards d’euros en 2018. Ces investissements ont été réalisés par les ménages, les pouvoirs publics et les entreprises, dans des secteurs tels que le bâtiment, les énergies renouvelables ou la mobilité durable. La transition énergétique concentre désormais un douzième des investissements du pays.
La tendance observée depuis 2014 se confirme : les investissements climat augmentent. Cette augmentation s’est même accélérée depuis 2017, dans un contexte de taux d’intérêt exceptionnellement bas et d’une hausse du prix des énergies fossiles et du carbone.



Les projets de Stratégie nationale bas-carbone (SNBC) et de Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) parus en 2018 et 2019 dressent une nouvelle trajectoire de réduction des émissions de gaz à effet de serre. D’ici la fin du quinquennat, 15 à 18 milliards d'euros supplémentaires devront être mobilisés chaque année pour respecter la trajectoire du second budget carbone (2019-2023). Et il ne suffira pas de mettre à disposition de nouvelles sources de financement : pour déclencher ces investissements, leur rentabilité et la réglementation sont déterminantes.
Les investissements vont surtout devoir augmenter dans la rénovation des logements, les véhicules bas-carbone, les énergies renouvelables, les transports en commun et les aménagements cyclables. Dans le réseau ferroviaire et la construction de logements performants, l’enjeu sera de maintenir les niveaux d’investissements actuels.
Les pouvoirs publics – Etat, collectivités locales, banques publiques - interviennent de plus en plus dans le financement des investissements climat et devront faire plus à l’avenir. Si le modèle de financement ne change pas, les pouvoirs publics devront mobiliser 7 à 9 milliards par an de plus d’ici 2023.

En parallèle, atteindre la neutralité carbone implique d’arrêter d’investir dans des équipements qui nous condamnent à émettre trop de gaz à effet de serre. Les investissements fossiles défavorables au climat ont dépassé les 67 milliards en 2018. Ils se concentrent dans les transports et concernent principalement les véhicules particuliers : les émissions au kilomètre des véhicules ont augmenté l’année dernière, du fait de la hausse des ventes de véhicules essence et de SUV. En 2018, pour une voiture bas-carbone vendue, plus de 40 voitures fortement émettrices de CO2 ont été mises en circulation.

Le Panorama des financements climat d’I4CE est réalisé avec les soutiens techniques et financiers de l’ADEME, du Ministère de la Transition écologique et solidaire et de la Fondation européenne du climat.