Publications Certification carbone

« Usage des revenus carbone », nouveau rapport de la Banque Mondiale, l’AFD et I4CE

23 août 2019 - Billet d'analyse - Par : Dr. Sébastien POSTIC

La multiplication récente des systèmes de prix du carbone et la hausse des prix associés ont entraîné une forte hausse des revenus associés.  Au premier mai 2019, 25 taxes carbone et 26 marchés de quotas échangeables étaient en fonctionnement à travers le monde. Les juridictions couvertes par un ou plusieurs prix explicites du carbone représentent environ 60 % du PIB mondial. Les revenus associés à ces prix du carbone ont doublé en deux ans, passant de 22 milliards en 2016 à 44 milliards en 2018.  Cette tendance devrait se poursuivre dans le futur, du fait 1/ de l’augmentation du nombre de taxes et systèmes de quotas échangeables, et 2/ des prix imposés par ces systèmes : de récentes études suggèrent que des prix du carbone autour de 70 $/tCO2 pourraient générer des revenus équivalents à 1-4 points de PIB en 2030, presque partout dans le monde.

 

Bien utilisés, ces revenus peuvent permettre d’allier l’ambition climatique à une grande variété d’objectifs économiques et/ou sociaux, et participer ainsi à une communication efficace sur les bénéfices de telles politiques ; l’histoire a en effet montré que les prix du carbone remportent une large adhésion chez les spécialistes de politiques publiques pour la lutte contre le changement climatique, mais se heurtent partout à une grande méfiance auprès du grand public. Dans ce rapport rédigé avec la Banque Mondiale et l’AFD, avec le soutien de Vivid Economics, I4CE explore les facteurs qui sous-tendent les choix d’usage des revenus des prix du carbone à travers le monde, pour proposer un guide pratique aux décideurs qui mettent en place ou réévaluent leur prix du carbone national.

 

S’il est une leçon à tirer des expériences nationales balayées dans ce rapport, c’est que le sujet est éminemment empirique ; l’usage des revenus optimal dépend évidemment très finement de la structure économique du pays concerné, mais aussi de son contexte social, de son cadre institutionnel, et des équilibres politiques en présence ; il apparaît tout à fait impossible d’exhiber une solution universelle pour l’usage des revenus du carbone. Néanmoins, le rapport se concentre sur six catégories d’usage, qui peuvent être panachées suivant le contexte :

 

  1. Une réforme fiscale plus large, qui vise autant la croissance économique que la réduction des émissions;
  2. Un support additionnel aux efforts de réduction des émissions (par exemple en soutenant des technologies bas-carbone);
  3. La poursuite d’autres objectifs de développement, comme l’amélioration des politiques de santé et d’éducation;
  4. La lutte contre les fuites de carbone;
  5. Le soutien aux populations ou aux entreprises les plus affectées par les politiques climatiques, au moyen de transferts directs ou de programmes dédiés;
  6. La réduction de la dette, une autre façon d’améliorer l’équité intergénérationnelle.

 

Le tableau ci-dessous résume les avantages et les limites de ces différents usages des revenus:

 

Usage Avantages Limitations
Réforme fiscale

 

Peut améliorer l’efficacité du système fiscal, avec un impact positif pour l’emploi et la croissance

 

 

Moins visible que des options alternatives ; d’autre part, nécessite de cibler certaines exemptions de taxe pour soutenir les populations les plus affectées

 

Support à l’atténuation

 

Peut renforcer l’efficacité climat du prix du carbone, en complétant un mécanisme de marché par des soutiens directs ; peut soutenir des réductions d’émissions dans des secteurs non-couverts par le prix du carbone ; est généralement l’un des usages les mieux acceptés du public

 

 

Les coûts administratifs peuvent être élevés, en comparaison avec d’autres options. La complémentarité des approches nécessite des études amont approfondies

 

Autres objectifs de développement

 

Représente une source de revenus efficace pour les pays où existent des barriers à l’accès à la finance pour certains objectifs de développement

Peut être vecteur d’acceptabilité, selon la place dans l’opinion publique des thématiques adressées

 

 

Peut avoir des coûts administratifs élevés, si le système ne s’appuie pas sur des structures d’allocation des revenus déjà en place

 

Limitation des fuites de carbone

 

Réduit le risque d’augmentation d’émissions dans des juridictions non-couvertes

Réduit les impacts pour la compétitivité, sur le court terme

Est vecteur d’acceptabilité par les acteurs de l’économie

 

 

Le travail d’identification des secteurs à soutenir et des moyens pour le faire est important

Un design soigné est nécessaire pour ne pas contrecarrer les objectifs de réduction d’émissions

 

Soutien aux populations et acteurs économiques

 

Limite les impacts sociaux de l’action climatique

Coûts administratifs réduits, il est facile de s’appuyer sur des structures d’allocation existantes

 

 

Souvent moins visible que d’autres options d’usage des revenus (selon le canal de redistribution choisi) ; contribue donc moins à l’acceptation publique de la tarification

 

Réduction de la dette

 

Libère des capitaux, réduit le poids économique des intérêts

 

 

Visibilité très faible ; pas de contribution aux objectifs de court-terme

 

Plus d’informations : 

Contacts I4CE
Dr. Sébastien POSTIC
Dr. Sébastien POSTIC
Chef de projet – Industrie, énergie et climat Email
Pour aller plus loin
  • 02/12/2022
    La certification carbone européenne doit être exigeante… et attractive

    Comment différentier les projets qui permettent vraiment de stocker du carbone, des projets qui prétendent seulement le faire ? Question compliquée quand on s’intéresse à des projets dans l’agriculture et la forêt, pour lesquels la quantification du carbone stocké est complexe et se heurte au risque de non-permanence, et pour lesquels il faut aussi prendre en compte les autres défis environnementaux à commencer par la préservation de la biodiversité. Une question compliquée donc, mais une question qui nécessite une réponse ! Des acteurs privés et des pouvoirs publics veulent s’assurer que les projets agricoles et forestiers qu’ils financent au nom du climat ont un réel bénéfice environnemental.

  • 01/12/2022 Billet d'analyse
    Certification carbone : la Commission propose un cadre exigeant qui devra aussi être incitatif

    On y voit désormais plus clair sur le futur cadre de certification carbone européen, grâce à la proposition que la Commission vient de rendre publique. Cette proposition donne un cadre, de grands principes directeurs, et les détails seront précisés dès 2023 avec l’appui d’un groupe d’experts. Si le diable se cache dans les détails, le cadrage n’en est pas moins important. Claudine Foucherot d’[i4ce] l’a analysé et identifié quatre points sur lesquels il faudra être vigilant. De manière générale, on peut dire que la Commission fait une proposition ambitieuse qui présente cependant un risque : ne pas être suffisamment incitative pour permettre un déploiement massif des projets. 

  • 08/07/2022 Tribune
    Tribune | Rémunération carbone : nous avons besoin d’une certification européenne ambitieuse et pragmatique

    La Commission européenne va proposer d’ici la fin de l’année une « certification carbone », première étape vers la rémunération des agriculteurs et forestiers qui contribuent au stockage de carbone. Ce projet de certification soulève des débats et des inquiétudes. Pour l’Institut de l’économie pour le climat (I4CE), l’Union européenne peut y répondre et développer une certification ambitieuse en s’appuyant sur l’expérience des Etats membres en la matière.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer