Publications

Quel(s) prix pour le carbone ?

21 décembre 2016 - Édito de la semaine - Par : Benoît LEGUET

L’intervention de Benoît, 02:30:25 dans la vidéo ci-dessous, porte sur la valeur sociale du carbone, définie dans l’Accord de Paris, et son lien avec les prix du carbone

En résumé de sa présentation, retenons les 4 idées suivantes qui justifient le besoin de définir un « intervalle de confiance » des valeurs sociales du carbone compatibles avec l’objectif net-zéro fixé par l’Accord de Paris

 1. Des signaux « prix du carbone » sont nécessaires mais insuffisants. La décarbonation fait face à de nombreux obstacles. 

  • Des prix du carbone plutôt qu’un prix pour tenir compte des circonstances et des dynamiques nationales, sectorielles, etc..
  • Besoin de signaux politiques forts pour éviter de se retrouver dans des « impasses » technologiques et économiques.

2. Décarboner notre économie à court terme selon des choix économiques optimaux dépend de l’objectif à long terme et de la vitesse de mise en œuvre

  • Cibler des options d’investissements bas-carbone plus coûteuses dès aujourd’hui fait sens : raisonnement sur les coûts de réduction moyens et non marginaux.

3. Les décideurs publics et les acteurs économiques ont besoin d’une valeur du carbone « boussole » pour orienter les décisions d’investissements :

  • Rôle de la valeur sociale du carbone pour rendre le cadre politique plus cohérent et efficace
  • Vers une déclinaison opérationnelle de cette valeur sociale du carbone (Etats, collectivités, entreprises…).

4. Pour répondre à ce besoin de valeur du carbone, il faudrait institutionnaliser un « intervalle de confiance » des valeurs du carbone pour coordonner les décisions de court terme vers le point final de la transition bas-carbone.

  • La Commission Stern-Stiglitz lancée en novembre 2016 livrera des premières recommandations attendues en avril 2017

Get Microsoft Silverlight

Contacts I4CE
Benoît LEGUET
Benoît LEGUET
Directeur général Email
Pour aller plus loin
  • 23/05/2024 Billet d'analyse
    Financement local de la transition : le débat escamoté

    Il en va du financement de l’action climatique à l’échelle locale comme des travaux à entreprendre dans une copropriété composée de plus de 35 000 décideurs différents : le devis est de plus en plus précis mais, s’agissant d’une responsabilité partagée, personne ne veut prendre seul la facture à sa charge. Le contexte budgétaire national de ce début d’année, dominé par la réduction des déficits publics, est propice à remettre une nouvelle fois à plus tard l’indispensable réunion de syndic sans laquelle jamais les travaux ne s’engageront à la hauteur des besoins. Or, plus le temps passe, et plus les coûts risquent de grimper : quelques pistes pour faire progresser le sujet en 2024 malgré tout.

  • 17/05/2024
    Revenus carbone : leur rôle dans le financement de la transition climatique

    Le mois dernier, le secrétaire de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), Simon Stiell, a souligné l’importance de cette année et de l’année prochaine pour l’Accord de Paris et a appelé à « un bond en avant dans le financement climatique » avant les Réunions de printemps de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international. En effet, les émissions devant atteindre leur maximum avant 2025, notre fenêtre d’opportunité pour maintenir l’augmentation de la température à +1,5°C se referme rapidement. Il est urgent d’accroître et d’améliorer les financements pour la transition. Les politiques de tarification du carbone et leurs recettes font partie des outils disponibles qui peuvent contribuer à combler le déficit de financement de la lutte contre le changement climatique.

  • 15/05/2024
    Maximiser les avantages de la tarification du carbone par l’utilisation des revenus carbone

    Les politiques de tarification du carbone et leurs revenus font partie des outils disponibles qui peuvent aider à combler le déficit de financement climatique. Avec des recettes provenant des taxes sur le carbone et des systèmes d’échange de quotas d’émission (ETS) qui ont triplé depuis l’Accord de Paris, et une tendance à la hausse qui pourrait se poursuivre à moyen terme, « comment utiliser les recettes du carbone » est devenu une question cruciale. Ce rapport, préparé dans le cadre du projet European Union Climate Dialogues (EUCDs) financé par l’Union européenne (UE), vise à informer les décideurs politiques et les praticiens sur les leçons apprises et les voies à suivre concernant l’utilisation des revenus du carbone, avec une approche globale basée sur un examen des expériences internationales.  

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer