Publications

Quel(s) prix pour le carbone ?

21 décembre 2016 - Par : Benoît LEGUET

L’intervention de Benoît, 02:30:25 dans la vidéo ci-dessous, porte sur la valeur sociale du carbone, définie dans l’Accord de Paris, et son lien avec les prix du carbone

En résumé de sa présentation, retenons les 4 idées suivantes qui justifient le besoin de définir un « intervalle de confiance » des valeurs sociales du carbone compatibles avec l’objectif net-zéro fixé par l’Accord de Paris

 1. Des signaux « prix du carbone » sont nécessaires mais insuffisants. La décarbonation fait face à de nombreux obstacles. 

  • Des prix du carbone plutôt qu’un prix pour tenir compte des circonstances et des dynamiques nationales, sectorielles, etc..
  • Besoin de signaux politiques forts pour éviter de se retrouver dans des « impasses » technologiques et économiques.

2. Décarboner notre économie à court terme selon des choix économiques optimaux dépend de l’objectif à long terme et de la vitesse de mise en œuvre

  • Cibler des options d’investissements bas-carbone plus coûteuses dès aujourd’hui fait sens : raisonnement sur les coûts de réduction moyens et non marginaux.

3. Les décideurs publics et les acteurs économiques ont besoin d’une valeur du carbone « boussole » pour orienter les décisions d’investissements :

  • Rôle de la valeur sociale du carbone pour rendre le cadre politique plus cohérent et efficace
  • Vers une déclinaison opérationnelle de cette valeur sociale du carbone (Etats, collectivités, entreprises…).

4. Pour répondre à ce besoin de valeur du carbone, il faudrait institutionnaliser un « intervalle de confiance » des valeurs du carbone pour coordonner les décisions de court terme vers le point final de la transition bas-carbone.

  • La Commission Stern-Stiglitz lancée en novembre 2016 livrera des premières recommandations attendues en avril 2017

Get Microsoft Silverlight

Contacts I4CE
Benoît LEGUET
Benoît LEGUET
Directeur général Email
Pour aller plus loin
  • 29/01/2021
    La réglementation financière peut-elle accélérer la transition bas-carbone ?

    Ces dernières années, les régulateurs de la finance ont incité les acteurs financiers à prendre en compte les « risques climatiques » afin d’assurer à la fois la stabilité financière et le bon fonctionnement des marchés, les deux objectifs traditionnels de la régulation. Cette approche par les risques est un premier pas important, mais sera-t-elle suffisante pour atteindre les objectifs climatiques ?

  • 26/07/2017
    Guide du financement participatif pour le développement des territoires

    Un guide pour se saisir du financement participatif I4CE a rédigé les parties portant sur les projets de transition énergétique financés sur le mode participatif, avec : Un bilan des évolutions réglementaires spécifiques à ce secteur Une revue des apports du financement participatif pour les projets de transition énergétique Une analyse des motivations des acteurs qui y ont […]

  • 15/07/2020 Billet d'analyse
    France : 18 Mds € pour les énergies fossiles depuis le début de la crise

    Un consortium international de 14 Think Tanks dont I4CE a lancé le site « Energy Policy Tracker », afin de suivre les aides publiques adoptées depuis le début de la crise par les pays du G20 et qui auront un impact sur le climat. Il en ressort que jusqu’à aujourd’hui, beaucoup plus d’aides ont été accordées par ces pays aux énergies fossiles qu’aux énergies propres. Et en France ? Louise Kessler, directrice du Programme Economie d’I4CE, revient sur les aides déjà adoptées en France ainsi que sur celles qui en sont encore au stade d’annonce.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer