Publications Europe

Appel en faveur d’une politique industrielle verte européenne

13 septembre 2023 - Tribune - Par : Thomas PELLERIN-CARLIN (actuellement en retrait) / Sabine NALLINGER

Le mandat de cette Commission touche à sa fin. Il est temps de réfléchir à l’avenir de l’action climatique de l’Union européenne (UE). L’année dernière, la France et l’Allemagne ont appelé à une politique industrielle verte de l’UE, mais depuis lors, l’UE n’a pas encore fait preuve de leadership. L’approche de l’UE doit s’articuler autour de trois éléments essentiels : la vision, le financement et la gouvernance. Dans cette tribune, Stiftung KlimaWirtschaft et I4CE appellent la France et l’Allemagne à s’unir dans le leadership et, avant les élections européennes, et appellent à une réponse européenne au grand défi du 21ème siècle.

 

Avec le départ des Commissaires en poste et les prochaines élections européennes, le changement est dans l’air à Bruxelles. L’Europe doit imaginer la prochaine phase de l’action climatique européenne – une Politique Industrielle Verte Européenne.

 

Les États membres, et en particulier la France et l’Allemagne, ont un rôle crucial à jouer. Après l’adoption de la Loi américaine de réduction de l’inflation (IRA) en 2022, Robert Habeck et Bruno Le Maire, les ministres allemand et français de l’économie, ont déclaré la nécessité d’une politique industrielle européenne commune, mais depuis lors, ils se sont appuyés sur des mesures nationales. À l’approche des élections européennes de 2024, la France et l’Allemagne devraient contribuer à définir l’ordre du jour du débat à Bruxelles – en déplaçant l’accent de la poursuite actuelle de visions nationales de la politique industrielle en splendide isolation vers une approche européenne commune.

 

Unis-nous résistons, divisés nous chutons

Les États-Unis, la Chine, le Japon et d’autres grandes économies placent leur avenir économique dans la décarbonisation et les technologies propres. Leur ambition est étayée par des politiques industrielles ambitieuses et des plans d’investissement public (comme l’IRA). L’UE en est dépourvue et repose plutôt sur un patchwork d’initiatives de l’UE et nationales, ce qui entraîne un investissement public estimé à 0,34 % du PIB de l’UE chaque année pour soutenir les technologies propres. 

 

 

Lire l’article sur Euractiv’

Pour aller plus loin
  • 17/06/2024 Tribune
    Climat : doublons nos investissements en Europe

    Pour une Europe sûre et plus compétitive, il va falloir investir davantage en faveur de notre souveraineté énergétique et agricole, de notre compétitivité industrielle et de la protection de nos populations face aux aléas climatiques, estime Benoît Leguet, directeur de l’Institut de l’économie pour le climat. Oui, mais comment ? Si la surprise était plutôt à Paris qu’à Bruxelles dimanche soir, une lecture européenne des élections du 9 juin s’impose. Car même si elles font l’actualité au-delà de nos frontières, les élections législatives françaises n’auront qu’un impact limité sur le choix des « top jobs » bruxellois : présidence de la Commission, collège des commissaires, présidence du Parlement européen, présidence du Conseil.

  • 07/06/2024
    Nouvelle mandature européenne : 5 ans pour relever le défi de l’investissement climat

    Ce week-end, les citoyens de l’Union européenne se rendent aux urnes. Nombreux sont ceux qui s’attendent à un basculement à droite de l’échiquier politique, contrastant fortement avec la «vague verte» de 2019. À Bruxelles, les dirigeants envisagent un mandat de cinq ans dominé par les questions de sécurité et de compétitivité. En cette période de turbulences, quel est l’avenir des politiques climatiques phare de l’Europe, le Pacte vert ? Le Pacte vert et le paquet “Fit for 55” nous ont donné le un cadre réglementaire – mais leur mise en œuvre nécessite des investissements. Le rapport d’I4CE sur le déficit d’investissements climat européens montre que les investissements climat doivent doubler pour que l’objectif de 2030 soit réalisable.

  • 25/04/2024
    Recommandations d’I4CE à l’Autorité bancaire européenne sur les plans de transition prudentiels

    L’Autorité bancaire européenne (EBA) clarifie la manière dont les banques doivent élaborer et mettre en œuvre leur « plan de transition », comme l’exige la réglementation prudentielle de l’Union Européenne (UE). Le plan de transition est la feuille de route stratégique de la banque, pour préparer une transition vers une économie durable telle que définie par les juridictions dans lesquelles elle opère, y compris une économie européenne neutre sur le plan climatique. Il a été introduit dans plusieurs cadres réglementaires de l’UE, notamment en tant qu’obligation de reporting découlant de la directive européenne CSRD. Le cadre prudentiel et l’EBA se concentrent sur un aspect spécifique : la manière dont les banques prévoient de gérer leurs risques financiers liés à la transition. L’encadrement de ces plans par l’EBA sera essentiel pour déterminer si les banques gèrent leurs risques financiers de manière cohérente avec le besoin plus large de financer la transition vers une économie bas carbone.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer