La Banque de France et I4CE deviennent partenaires pour la finance climat

18 juillet 2018 - Billet d'analyse - Par : Michel CARDONA

 

Pour accélérer la prise en compte des risques et opportunités climatiques par le secteur financier, la Banque de France et I4CE deviennent partenaires. Ce partenariat vise à faciliter l’échange d’expertise entre les deux institutions, et plus généralement les interactions entre les chercheurs, les acteurs du secteur financier et les autorités publiques. Il permettra également de soutenir les travaux de la Banque de France au sein du réseau des banques centrales et des superviseurs pour le verdissement du système financier (NGFS – Network for Greening the Financial System), qu’elle a lancé lors du One Planet Summit de décembre 2017.

 

La première étape de ce partenariat prend la forme d’une mise à disposition auprès d’I4CE de Michel Cardona, jusqu’alors Secrétaire général adjoint de la Banque de France.

 

I4CE est honoré de ce partenariat, qui est une preuve supplémentaire du fait que le climat devient un enjeu central pour tous les acteurs du système financier, et de la volonté forte de la Banque de France d’être à la pointe de cette transformation. C’est aussi une reconnaissance de la qualité de l’expertise d’I4CE, et une opportunité pour travailler avec l’ensemble des banques centrales et superviseurs regroupés au sein du NGFS.

 

 

Pour en savoir plus sur Michel Cardona

Secrétaire général adjoint de la Banque de France depuis 2010, Michel Cardona a rejoint la Banque de France après ses études en 1981. D’abord contrôleur de banques au Secrétariat général de la Commission bancaire, il a intégré le service de l’Inspection de la Commission des Opérations de Bourse entre 1988 et 1990, avant de revenir au Secrétariat général de la Commission bancaire-SGCB dans le domaine des études bancaires et de la réglementation. En 1996, il est détaché pour trois ans en tant qu’expert financier à la Banque Mondiale à Washington. À son retour à la Banque de France en 1999, il a occupé différentes fonctions dans les domaines de la stabilité financière puis des relations internationales et européennes avant d’être nommé directeur général adjoint des études et des relations internationales en 2006, puis secrétaire général du Comité des Établissements de Crédit et des Entreprises d’Investissement-CECEI et secrétaire général du Comité Consultatif de la Législation et de la Réglementation Financières-CCLRF en 2008. Michel Cardona est diplômé de l’Institut d’Études Politiques de Paris et détient un Diplôme d’Études Approfondies (DEA) de Macro-économie de l’Université Paris I – Panthéon Sorbonne.

Contacts I4CE
Michel CARDONA
Michel CARDONA
Expert associé senior - Secteur financier, Risques et Changement climatique Email
Pour aller plus loin
  • 20/01/2023
    Financement du développement : les bonnes résolutions de 2023

    L’année 2022 a abouti à un consensus important : l’architecture financière mondiale n’est plus adaptée aux enjeux actuels. L’écosystème financier créé après-guerre pour soutenir le développement international (au centre duquel se trouvent le FMI et la Banque mondiale) n’a pas été conçu pour répondre à la multiplicité des crises auxquelles le monde est confronté aujourd’hui, au premier rang desquelles le dérèglement climatique. Le temps presse mais la bonne nouvelle est que l’année 2023 sera jalonnée d’évènements importants pour mener à bien la réforme de l’architecture financière internationale, dont le sommet de Paris en juin. Et l’année se terminera à la COP 28, où nous ferons officiellement le bilan des progrès réalisés pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris.

  • 19/01/2023 Billet d'analyse
    2023, l’année de la réforme du financement du développement

    L’année 2022 a abouti à un consensus international : l’architecture financière mondiale n’est plus adaptée aux enjeux actuels. 2023 sera une année de réforme pour le financement du développement, avec de nombreux événements organisés, dont un sommet à Paris, au mois de juin. Alors que les discussions se sont cristallisées autour de la nécessité d’augmenter les volumes de financement pour le développement, Alice Pauthier revient sur l’importance de mettre l’impact au cœur d’une réforme qui devra être tirée guidée au niveau local, par l’identification des besoins de financements pour la transition. Cette réforme est une opportunité à ne pas manquer et les Institutions Financières Publiques ont un rôle clé à jouer dans la future architecture internationale.

  • 15/12/2022
    Les limites des engagements climat volontaires des acteurs financiers privés

    La finance privée ne financera pas la transition sans un engagement plus fort des pouvoirs publics.
    Depuis plusieurs années, et particulièrement depuis la COP 26, beaucoup d’attention et de temps ont été consacrés aux engagements volontaires des acteurs financiers privés. Pris dans le cadre d’initiatives internationales, ces engagements doivent en principe permettre de mobiliser la finance privée au profit de la transition vers une économie neutre en carbone.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer