Les systèmes de tarification explicite du carbone – qu’il s’agisse de taxe ou de marché carbone – continuent à se développer dans le monde. Dans l’édition 2020 de ses Comptes mondiaux du carbone, I4CE présente les principales tendances et vous propose un tour d’horizon de ces politiques publiques : les pays qui les ont adoptées, les secteurs couverts, les niveaux de prix, les recettes générées et ce qui en est fait. Retrouvez toutes ces informations en infographies et – pour la première fois – sur notre carte interactive.

Les 4 tendances de 2020

  1. Au 1er avril 2020, 44 pays et 31 provinces ou villes disposent d'un prix explicite du carbone (taxe carbone ou marché de quotas). Ces juridictions représentent ~60 % du PIB mondial. Sur l'année écoulée, 3 nouveaux pays ont introduit une politique de tarification du carbone : le Canada, l’Afrique du Sud, et Singapour.
  2. Les prix explicites du carbone au 1er mars 2020 oscillent entre moins de 1 US$ (environ 1€) et 123 US$ (environ 114€) par tonne de CO2éq. Cependant, ce prix reste inférieur à 10 US$ (8 €) pour plus de 75 % des émissions couvertes. Le consensus scientifique international estime que les prix optimaux de ces mécanismes se situent entre 40 et 80 US$/tCO2éq en 2020 (Stern-Stiglitz, 2016).
  3. Les revenus du carbone sont en légère hausse sur l’année, atteignant environ 48 milliards de dollars US (42 Mds€), contre 45 milliards de dollars US en 2018. Ils proviennent à 53 % des taxes et 47 % des marchés de quotas. Ils sont majoritairement fléchés vers des projets liés à la transition écologique, ou alloués au budget général de la juridiction.
  4. La pandémie du COVID-19 a engendré une forte baisse des activités économiques partout dans le monde, et ainsi des émissions de carbone. Lors de la crise financière de 2008, les prix des marchés de quotas d’émissions s’étaient effondrés, réduisant fortement le caractère incitatif de ces mécanismes pour les industriels. La crise en cours va mettre à rude épreuve les garde-fous mis en place depuis.

I4CE

 

Principales sources du rapport et liens pertinents :