Publications Investissements

Tribune I Rénovation énergétique : une (bonne) prime ne suffit pas

16 octobre 2020 - Tribune - Par : Hadrien HAINAUT / Maxime LEDEZ

Si le plan du gouvernement entend mettre la rénovation des logements sur la trajectoire de la neutralité carbone, il faudra aller bien au-delà de la refonte du dispositif MaPrimeRenov’. Hadrien Hainaut et Maxime Ledez explorent le potentiel d’un cumul plus judicieux des aides et des prêts, des tiers de confiance territoriaux, et de l’animation des groupements d’artisans.

 

Le gouvernement a souhaité inscrire son plan “France Relance” sous l’égide de la neutralité carbone à l’horizon 2050, en commençant par rattraper d’ici deux ans le retard pris sur la stratégie nationale bas-carbone (SNBC). Il entend pour cela donner un nouveau souffle à la rénovation des logements. Si près de deux millions de ménages entreprennent chaque année des travaux d’entretien dans leur logement, bien peu aboutissent à réduire effectivement les consommations d’énergie et les émissions de gaz à effet de serre. Le gouvernement souhaite porter le nombre de rénovations annuelles à 500 000 (objectif du Plan Climat 2017) et en accroître considérablement la performance.

 

Aujourd’hui, les rares rénovations qui parviennent à réduire drastiquement les consommations d’énergie et les émissions procèdent de façon globale, le plus souvent en isolant les murs et la toiture, en changeant le système de chauffage et en installant une ventilation efficace. Mais ces travaux coûtent de l’ordre de 50 000 euros pour une maison, bien plus que ce que la majorité des ménages se disent prêts à consacrer, en moyenne, à leur projet de rénovation. Et aux prix actuels de l’énergie, les économies d’électricité et de combustible ne rentabilisent un tel investissement qu’après plusieurs dizaines d’années.

 

 

La nouvelle prime ne change pas la donne pour la rénovation globale et performante

Dans son plan présenté fin septembre, le gouvernement propose de consacrer 2 milliards d’euros supplémentaires à MaPrimeRénov. La prime devient accessible à tous les propriétaires qui occupent leurs logements, et le barème s’enrichit d’un forfait dédié à la rénovation globale, ce qui est une première au niveau national. Cependant, nous estimons que ce nouveau forfait aura peu d’impact. En effet, le plafond de ce forfait, initialement annoncé à 20 000 euros, est finalement fixé à 7 000 euros pour les tranches de revenus intermédiaires, et 3 500 euros pour les revenus supérieurs. C’est bien peu en comparaison du coût complet d’un programme de travaux ambitieux. De plus, bien qu’il soit possible de cumuler cette prime avec celle des certificats d’économie d’énergie (CEE), ou avec diverses aides locales, les démarches sont souvent si complexes que les ménages ne s’y retrouvent pas, tandis que les professionnels de l’accompagnement y perdent un temps précieux. Enfin, ce forfait est proposé à toutes les rénovations économisant au moins 55% d’énergie finale (sans augmenter les émissions). Un tel critère n’encouragera pas les ménages à viser le niveau « bâtiment basse consommation » qui constitue pourtant l’horizon à atteindre dans la stratégie nationale. En d’autres termes, ces logements seront donc à rénover une seconde fois d’ici 2050.

Contacts I4CE
Hadrien HAINAUT
Hadrien HAINAUT
Chef de projet - Investissement Climat Email
Maxime LEDEZ
Maxime LEDEZ
Chargé de recherche - Investissement climat Email
Pour aller plus loin
  • 13/01/2023
    Agenda climat 2023 : il n’y a jamais eu de meilleur moment pour agir

    2022 a été une année mouvementée sur le plan du climat. L’année a vu l’émergence d’un nouveau concept, celui de la polycrise : guerre en Ukraine, suites du Covid, retour de l’inflation, crise du gaz, pénuries agricoles, sécheresses persistantes et autres événements climatiques.  Toutes ces crises ont pointé in fine notre dépendance directe et indirecte aux énergies fossiles ; nos fragilités face à un climat qui change ; et la vulnérabilité de nos économies et des classes moyennes et modestes.

  • 12/01/2023 Tribune
    « Tiers-financement » de la rénovation des bâtiments publics : oui, mais avec quels financements ?

    Une proposition de loi déposée par le groupe majoritaire à l’Assemblée Nationale vise à créer un nouveau mécanisme de « tiers-financement » des travaux de rénovation énergétique conduits sur le parc immobilier de l’État et des collectivités. Cet outil peut se révéler intéressant notamment pour faciliter le portage financier de travaux de rénovation par des structures tierces, en permettant la mutualisation de l’ingénierie et le lissage de l’effort financier dans le temps. Néanmoins, il ne résoudra pas l’enjeu central de la massification de ces investissements, selon l’analyse conduite par François Thomazeau : faire pré-financer les travaux par un tiers privé s’apparente simplement à la facilitation d’une nouvelle modalité d’endettement, et l’équation du financement de la politique de rénovation du patrimoine public pour répondre aux besoins identifiés dans la Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC) reste non résolue à ce jour.

  • 06/01/2023
    Les chiffres clés du climat

    Chez I4CE nous avons la conviction que le financement est l’une des clés de la lutte contre le changement climatique. De lourds investissements seront en effet à réaliser, tant pour réduire les émissions que pour s’adapter à un climat qui se dérègle, et il nous faut décider qui paiera quoi. Nous avons aussi la conviction que, pour relever ce défi du financement, nous avons besoins de données de qualité, de chiffres fiables. Des chiffres sur les investissements climat d’aujourd’hui, sur les investissements qu’il nous faudra faire demain, sur les financements apportés par les Etats, sur ceux des collectivités locales…

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer