Publications Europe Financement public

La réponse européenne à l’Inflation Reduction Act américain

10 février 2023 - Édito de la semaine - Par : Thomas PELLERIN-CARLIN

Depuis l’adoption par les États-Unis de l’Inflation Reduction Act, l’UE craint de voir les usines de fabrication de batteries, de panneaux solaires, et plus généralement de technologies propres, s’installer aux États-Unis plutôt que sur son sol. Cette crainte n’est pas infondée : l’IRA fournit un financement public conséquent, avec une prévisibilité sur 10 ans et la simplicité d’un régime fédéral unique. Et il ne subventionne pas uniquement la fabrication de technologies propres. Dans le cas des véhicules électriques par exemple, il soutient l’extraction des minéraux critiques, la fabrication de la batterie, l’achat de la voiture électrique et la production d’électricité renouvelable. Les États-Unis disposent d’un véritable plan de long terme d’investissement pour le climat.

 

Il y a l’IRA certes, il y a aussi le plan quinquennal chinois ou encore le programme japonais de transformation verte à 20 000 milliards de yens. Soyons clairs : voir les puissances mondiales se doter de tels plans d’investissement est une excellente nouvelle pour le climat. Et la réponse logique pour l’UE devrait être de se doter elle aussi d’un plan d’investissement de long terme. C’est ce que nous défendons dans la note qu’I4CE publie aujourd’hui et que vous découvrirez dans cette newsletter. Néanmoins, comme il y a aujourd’hui peu d’appétit politique en Europe pour une telle discussion, nous recommandons à la Commission européenne de commencer par la proposition d’un plan européen d’investissement qui se concentre sur le passage à l’échelle et la fabrication en Europe de technologies propres clés. Un plan qui, entre autres, devrait mobiliser les marchés publics et des programmes de soutien à l’échelle de l’UE.

 

Le Conseil européen d’aujourd’hui est l’occasion pour les chefs d’État et de gouvernement d’apporter à un soutien à un plan d’investissement dans les technologies propres, et d’aider ainsi la Commission à concevoir sa loi sur l’industrie net-zéro prévue pour mars 2023. Mais, aussi nécessaire soit-il, ce plan ne doit être qu’une étape. L’UE devra répondre à tous les besoins d’investissement climat si elle veut que les objectifs du Green Deal deviennent une réalité tangible pour les entreprises, les travailleurs et les familles.

 

Lire la newsletter

Pour aller plus loin
  • 23/02/2024
    L’Union européenne doit doubler ses investissements climat

    Cette semaine, I4CE lance le premier rapport sur le déficit d’investissement climat européen. Au cours d’une année de recherche, nous avons analysé les investissements dans 22 secteurs de l’économie européenne (UE-27) qui sont essentiels pour que l’Union européenne atteigne ses objectifs climatiques et de sécurité énergétique à l’horizon 2030. Nos résultats montrent que le Green Deal européen prend de l’ampleur sur le plan économique, les investissements dans ces 22 secteurs dans l’UE ayant augmenté de 9 % en 2022, pour atteindre 407 milliards d’euros cette année-là. Cependant, pour atteindre les objectifs de l’UE pour 2030, l’économie européenne devrait investir 813 milliards d’euros en moyenne, chaque année d’ici à 2030.

  • 21/02/2024
    Déficit d’investissement climat européen : Une trajectoire d’investissement pour l’avenir de l’Europe

    Les investissements climats ont augmenté de 9 % dans l’Union européenne en 2022. Ce rapport constate que le Green Deal européen prend de l’ampleur sur le plan économique, mais que les investissements dans la modernisation du secteur de l’énergie, des transports et des bâtiments doivent encore doubler pour que l’UE atteigne les objectifs climatiques de 2030. 

  • 16/02/2024
    Engager les banques dans la transition : le superviseur doit mieux utiliser le cadre de gestion du risque

    L’Union européenne continue ses efforts pour que le système bancaire intègre l’enjeu climat. Les banques devront désormais se munir d’un « plan de transition », dont l’Autorité Bancaire Européenne (EBA) précise les contours, par un document mis en consultation jusqu’en avril. On pourrait espérer que les autorités bancaires saisissent cette opportunité pour stimuler les banques à mieux financer la transition, leurs engagements volontaires n’étant pas suffisants. Mais l’EBA n’en fait pas un objectif clair.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer