Pensez à la maison, pas aux briques : répondre à l’Inflation Reduction Act par un plan européen d’investissement de long terme dans les technologies propres

Ce rapport est disponible uniquement en anglais

 

L’Union européenne a longtemps pensé qu’elle mènerait la course aux technologies propres parce qu’elle était la seule à y participer. Elle s’est trompée. La Chine a démontré sa capacité à agir de manière décisive. Le Japon, la Corée, le Canada et l’Inde sont également entrés dans la course. Et avec l’Inflation Reduction Act (IRA), les États-Unis rattrapent rapidement leur retard.

 

L’IRA contient un plan d’investissement de long terme pour le climat, qui prévoit un financement public important (400 à 800 milliards de dollars), une prévisibilité à long terme (10 ans), la simplicité d’un système unique au niveau fédéral et un soutien tout au long de chaînes d’approvisionnement.

 

L’IRA est une prise de conscience pour l’UE, où il n’existe pas encore de plan d’investissement climatique comparable. Pour se hisser au niveau de l’IRA, l’UE ne doit pas jeter ses décisions passées par-dessus bord. Bien au contraire, elle doit réaliser ce qu’elle a prévu, et plus encore.

 

L’UE est bien placée pour prendre la tête de la course mondiale aux technologies propres et saisir les opportunités de la transformation verte, d’une manière qui profite à l’action climatique mondiale, à la souveraineté de l’UE et à sa prospérité économique. Elle peut s’appuyer sur des investissements privés croissants dans les technologies propres, des projets d’usines de la cleantech sur l’orientation politique définie par le plan industriel pour le Pacte Vert (Green Deal Industrial Plan) présenté par la Commission européenne en février 2023.

 

Cette note soutient que, pour répondre à l’IRA, les décideurs politiques européens doivent penser à construire la maison, et non seulement débattre d’une brique. La meilleure réponse politique de l’UE est un plan d’investissement climatique à long terme. Comme l’appétit politique pour un tel plan est actuellement limité, la Commission européenne devrait profiter de l’élan politique autour de l’IRA et des technologies propres, pour proposer un plan d’investissement ciblé qui se concentre sur le développement, le passage à l’échelle, la fabrication et le déploiement des technologies propres dans l’UE, de la fabrication de panneaux solaires à celle de l’acier vert.

 

Ce plan d’investissement dans les technologies propres devrait être présenté avant l’été 2023, dans le contexte de la révision à mi-parcours du cadre financier pluriannuel de l’UE. S’inspirant de caractéristiques positives de l’IRA, il devrait fournir un soutien public conséquent, par le biais de programmes à l’échelle continentale, avec une prévisibilité sur le long terme et tout au long de la chaîne d’approvisionnement.

 

Trois premières briques peuvent déjà être posées pour construire cette maison :

 

  • La finalisation et la mise en œuvre ambitieuses de l’ensemble du paquet législatif « Fit For 55 » sont essentielles pour que l’UE joue sur ses forces : des réglementations prévisibles et ambitieuses et une tarification carbone.

 

  • Les États membres devraient accroître leur soutien aux déploiements de technologies propres, notamment par le biais de marchés publics écologiques. Le programme NextGenerationEU devrait être davantage utilisé à cet effet.

 

  • La Commission européenne devrait créer des régimes de soutien aux technologies propres à l’échelle de l’UE en s’inspirant de certaines excellentes caractéristiques de l’IRA, telles que sa prévisibilité et sa large couverture géographique. Le lancement prévu d’un appel d’offres à l’échelle de l’UE pour soutenir la production d’hydrogène renouvelable est une étape positive, et devrait être utilisé comme pilote pour développer des programmes similaires pour d’autres technologies.

 

À l’aube des élections européennes de mai 2024 et au crépuscule de NextGenerationEU, un tel plan d’investissement dans les technologies propres pourrait amener l’UE à avancer vers un débat encore plus ambitieux : un plan d’investissement de long terme pour le climat. Celui-ci inclurait et irait au-delà des technologies propres, pour garantir que les investissements européens, nationaux et privés transforment tous les objectifs du Green Deal en réalité tangibles pour les entreprises, les travailleurs et les familles.

Pour aller plus loin
  • 05/07/2024
    Après 5 ans de Green Deal, où en est l’Europe sur la voie de la décarbonation ?

    À la suite des élections européennes du 9 juin, l’Union européenne s’adapte à une nouvelle réalité politique plus conservatrice. Malgré cette évolution, les nouveaux dirigeants européens devront trouver une réponse crédible à la question de savoir comment le continent doit parvenir à la neutralité climat d’ici à 2050. Pour comprendre comment y parvenir, nous devons avoir une idée claire des progrès déjà accomplis. C’est là qu’intervient l’Observatoire européen de la neutralité climat (European Climate Neutrality Observatory, ECNO).

  • 02/07/2024
    État des lieux des progrès de l’Union européenne vers la neutralité climat

    Évaluer l’état d’avancement des travaux pour éclairer les prochaines étapes de l’élaboration des politiques publiques européennes. L’Union européenne (UE) s’est engagée sur la voie de la neutralité climat d’ici à 2050. Ce projet multigénérationnel offre de nombreuses opportunités sociétales, économiques et environnementales. En même temps, il est d’une ampleur sans précédent et implique des changements considérables dans les systèmes actuels, qui doivent être anticipés et pris en compte pour que la transition soit équitable et acceptable pour tous. Un contrôle régulier des progrès accomplis est essentiel pour comprendre où en est l’UE dans son parcours. Il permet d’identifier les défis et les opportunités et de prendre des mesures politiques ciblées pour orienter les investissements, l’offre, la consommation et le développement sociétal. Il n’existe toujours pas de suivi officiel, complet et régulier des progrès à l’échelle de l’UE pour y parvenir.

  • 28/06/2024
    Des actifs échoués aux actifs à risque : repenser l’approche des institutions financières privées européennes

    Les institutions financières privées doivent recadrer leur approche sur la gestion des risques liés aux actifs échoués. L’approche actuelle, qui consiste à quantifier l’exposition au secteur des combustibles fossiles dans un cadre limité de portefeuilles financiers (principalement des prêts), sous-estime largement les pertes potentielles liées à l’échouage (lorsqu’un actif devient “échoué”, c’est-à-dire subit une dépréciation forte, inattendue). Étant donné que la transition vers une économie à faibles émissions de carbone a des répercussions sur tous les secteurs économiques, les institutions financières privées doivent prendre en compte les risques d’échouage liés à la transition dans leur cadre global de gestion des risques liés à la transition, en adoptant une approche « globale de l’économie ». Les approches traditionnelles de gestion des risques sont mal adaptées aux défis méthodologiques et de quantification des risques d’échouage liés à la transition, de sorte qu’une approche flexible, dynamique et prospective est nécessaire.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer