Financement climat : les pavés dans la mare

26 mai 2023 - Édito de la semaine - Par : Damien DEMAILLY

Le rapport Pisani-Ferry a jeté un premier pavé dans la mare en estimant à environ 30 milliards d’euros par an le besoin supplémentaire de dépenses publiques pour faire la transition climatique. Et un second pavé en explorant différentes options pour dégager une telle somme, telles que l’endettement et – ce qui a évidemment beaucoup fait parler – la hausse de la fiscalité sur les ménages aisés. Les membres du gouvernement qui ont réagi au rapport ont, malheureusement, omis de commenter le chiffre de 30 milliards. Mais ils ont largement commenté, et rejeté, la hausse de l’endettement et de la fiscalité pour financer ces dépenses.

 

L’option privilégiée par le gouvernement est claire : les économies budgétaires et en particulier la réforme des niches fiscales identifiées comme défavorables au climat. Ces taux réduits de taxation sur l’énergie pour de nombreux secteurs économiques coûteraient plus de 7 milliards par an à l’État selon le gouvernement. Jusqu’à trois fois plus avec d’autres méthodes, comme l’avait montré I4CE dans une étude à redécouvrir dans cette newsletter. Réformer ces niches a tout de la bonne idée, et il est heureux que le gouvernement s’y attelle à nouveau. Soyons lucides néanmoins : l’histoire récente nous enseigne que cette réforme prendra du temps et ne permettra pas de récupérer tout l’argent que coûtent ces niches. Et pas seulement parce que devant chaque niche il y a un chien qui aboie.

 

Il n’y a pas de baguette magique pour financer la transition et c’est pourquoi il est sain d’explorer et de débattre de toutes les options. Le gouvernement fait néanmoins le pari, aujourd’hui, de miser uniquement sur les économies budgétaires. Il doit dès lors préciser combien il espère économiser pour la transition, dès 2024 et pour les années qui suivent. Et, si les économies possibles ne collent pas avec les besoins identifiés par le rapport Pisani-Ferry, il doit expliquer comment il compte faire la transition avec moins d’argent public. Et donc, qui paiera si ce n’est pas l’État.

 

Lire la newsletter

Pour aller plus loin
  • 01/03/2024
    Les aides de crise agricoles ne cessent d’augmenter et ce n’est satisfaisant pour personne

    I4CE s’est livré à un exercice inédit : estimer les soutiens publics au secteur agricole liées aux crises ces dix dernières années. Les dépenses publiques de prévention, surveillance et indemnisation totales ainsi agrégées donnent le vertige : plus de 2 milliards d’euros rien qu’en 2022 – pour indemniser les pertes occasionnées par plusieurs aléas sanitaires, climatiques et géopolitiques concomitants. 

  • 28/02/2024 Tribune
    Budget et transition écologique : navigation à vue

    Dès ce mois de février, la transition écologique fait les frais des coupes dans le budget 2024. C’est le retour à la navigation à vue sur le financement de la transition. Pour Benoît Leguet, éviter des coupes budgétaires récurrentes impose de mettre en débat l’efficacité des dispositifs de financement de la transition.

  • 21/02/2024
    Déficit d’investissement climat européen : Une trajectoire d’investissement pour l’avenir de l’Europe

    Les investissements climats ont augmenté de 9 % dans l’Union européenne en 2022. Ce rapport constate que le Green Deal européen prend de l’ampleur sur le plan économique, mais que les investissements dans la modernisation du secteur de l’énergie, des transports et des bâtiments doivent encore doubler pour que l’UE atteigne les objectifs climatiques de 2030. 

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer