Les décisions prises aujourd’hui en réponse à la crise COVID-19 verrouilleront les modèles de développement du monde pendant des décennies. Les décisions politiques étant prises au quotidien, les informations sur la manière dont les fonds publics sont dépensés peuvent être difficiles à suivre. C’est pourquoi un consortium dirigé par l’IIDD et composé de 21 organisations d’experts, dont I4CE, a lancé le site web « Energy Policy Tracker » pour suivre l’impact des plans de relance post-Covid sur l’énergie et le climat.

Objectifs :

Les gouvernements du G20 se sont engagés à injecter des billions de dollars dans l’économie mondiale pour contrer les chocs sanitaires, sociaux et financiers causés par la crise du COVID-19. Ces dépenses de relance à grande échelle façonneront l’économie mondiale pour les décennies à venir. Ces décisions pourraient déclencher des catastrophes climatiques ou créer une économie résiliente, alimentée par des énergies propres.

Le projet à but non lucratif Energy Policy Tracker fournit des informations sur les engagements de fonds publics pour différents types d’énergie, ainsi que sur d’autres politiques soutenant la production et la consommation d’énergie. La recherche suit une approche ascendante, qui implique la collecte de données sur les différentes politiques au niveau de chaque pays, puis leur agrégation.

Le Tracker inclut les politiques budgétaires, fiscales, monétaires et règlementaires. Les politiques sont classées en fonction de différents critères. L’un des principaux critères est le profil environnemental d’une politique, qui dépend 1) des types d’énergie dont elle bénéficie et 2) de l’existence ou non d’une conditionnalité environnementale. Dans le Tracker, les informations sont réparties en cinq catégories :

•  « soutien aux énergies fossiles – sans éco-conditionnalités » : politiques qui soutiennent la production et la consommation de combustibles fossiles sans aucun objectif climatique ni exigence supplémentaire de réduction de la pollution ;

•   » soutien aux énergies fossiles – avec éco-conditionnalités  » : politiques qui soutiennent la production ou la consommation de combustibles fossiles (pétrole, gaz, charbon, hydrogène « bleu » ou électricité à base de combustibles fossiles) avec des objectifs climatiques ou des exigences supplémentaires en matières de réduction de la pollution ;

•  « soutien aux énergies propres » : politiques qui soutiennent la production ou la consommation d’énergie à la fois faible en carbone et ayant des impacts négligeables sur l’environnement si elles sont mises en œuvre avec des garanties appropriées ;

•  « soutien aux énergies propres – sous conditions » : politiques qui visent à soutenir la transition vers l’abandon des combustibles fossiles, mais qui ne sont pas spécifiques quant à la mise en œuvre de mesures de protection de l’environnement appropriées ;

•  « autres énergies » : politiques qui se situent en dehors des catégories « propres » et « fossiles », par exemple le soutien à l’énergie nucléaire, aux biocarburants de première génération, à l’hydrogène d’origine non spécifiée et à une combinaison de plusieurs types d’énergie.

Cet outil de suivi vise à identifier toutes les politiques pertinentes qui ont été mises en œuvre depuis le début de la pandémie de Covid-19. La base de données en ligne est mise à jour chaque semaine, afin de fournir les dernières informations sur les réponses politiques du gouvernement à la pandémie, du point de vue du climat et de l’énergie. Le site web propose des filtres par pays, type d’énergie, mécanismes de financement et autres qui montrent de façon synthétique les mesures mises en œuvre par les pays pour faire face à la crise, et qui façonnent notre futur système énergétique.

Partenaires :

L’équipe derrière le Tracker est composée de :

– Six organisations pilotes : IISDIGESOCIODISEI et Columbia University

– Partenaires contributeurs :

Forum Ökologisch-Soziale Marktwirtschaft (FÖS, Allemagne), Fundación Ambiente y Recursos Naturales (FARN, Argentine), Instituto de Estudos Socioeconômicos (INESC, Brésil), Institute for Climate Economics (I4CE, France), Instituto Tecnológico Autónomo de México (ITAM, Mexique), Legambiente (Italie), SDA Bocconi School of Management (Italie), REN21 , The Australia Institute (TAI, Australie), Moscow School of Management SKOLKOVO (Russie), The Finnish Innovation Fund Sitra (Finlande), The Basque Centre for Climate Change (BC3, Espagne), WiseEuropa (Pologne), DiXi Group (Ukraine), and WWF Afrique du sud.

Durée :

Projet en cours