Loi climat et relance : que nous apprend le Panorama d’I4CE ?

11 mars 2021 - Billet d'analyse - Par : Hadrien HAINAUT / Maxime LEDEZ

I4CE a publié ce jour la dernière édition de son Panorama des financements climat. Au-delà de ses chiffres clés sur les investissements climat réalisés en France, secteur par secteur et acteur par acteur, au-delà du chiffrage des besoins d’investissements supplémentaires, cette édition du Panorama nous apporte des enseignements utiles dans le contexte politique actuel marqué par les discussions au Parlement sur la loi « climat et résilience » et par le plan de relance français.

 

 

La France n’investit toujours pas assez pour le climat 

En 2019, les ménages, les entreprises et les administrations publiques ont réalisé 48 milliards d’euros d’investissements climat comme le révèle la dernière édition du Panorama des financements climat d’I4CE. Ces dépenses ont surtout lieu dans trois grands secteurs concourant à la transition énergétique : les bâtiments et en particulier leur rénovation ; la mobilité durable telle que l’achat de véhicules à faibles émissions ; la production d’énergie décarbonée. Malgré l’augmentation de ces investissements depuis plusieurs années, leur niveau demeure insuffisant par rapport aux engagements nationaux. Pour rattraper son retard dans ces trois secteurs, la France devra investir 13 à 17 milliards d’euros de plus par an.

 

 

Il faut anticiper dès maintenant l’après- plan de relance

Le volet climat du plan de relance – estimé à environ 10 milliards d’euros par an – va permettre à la France de rattraper une partie de son retard. Mais le plan de relance ne va durer que deux ans. Or, pour s’engager sur la voie de la neutralité carbone, la France devra augmenter ses investissements climat dans la durée et les pouvoirs publics devront amplifier leur effort budgétaire. En effet, comme le rappelle le Panorama, maintenir après 2022 l’effort public réalisé dans le cadre du plan est nécessaire mais pas suffisant : il devra doubler selon les estimations d’I4CE. La France doit donc anticiper l’après relance et se doter d’une stratégie climat de ses finances publiques. Les futurs candidats aux élections présidentielles de 2022 quant à eux ont donc déjà intérêt à se poser la question : quel sera mon budget pour le climat ?

 

 

L’argent ne fait pas tout : la loi « climat et résilience » est une occasion à ne pas manquer

Les investissements et subventions publics sont nécessaires mais, comme le montre le Panorama, ils ne sont pas les seuls déclencheurs des investissements climat. L’argent ne fait pas tout ! L’accompagnement des ménages, des entreprises et des collectivités, est nécessaire pour lever les obstacles techniques et financiers à la conception de nombreux projets. La réglementation permet également de déclencher des investissements climat, parfois même à moindre coût, à condition d’être anticipée et assortie de moyens financiers. La fiscalité, ciblée sur les secteurs les plus émetteurs, encourage les alternatives aux énergies fossiles. Le projet de loi issu de la Convention Citoyenne pour le Climat porte sur ces moyens d’action publique et donne l’opportunité aux décideurs d’améliorer le cadre pour les investissements climat. Et ainsi de marcher sur leurs deux jambes : les financements publics d’un côté, les autres outils d’action publique de l’autre.

 

Cliquez sur ce bouton pour voir l’image

Contacts I4CE
Hadrien HAINAUT
Hadrien HAINAUT
Responsable d'unité – Panorama des financements climat, Transition énergétique et prospective Email
Maxime LEDEZ
Maxime LEDEZ
Chercheur – Panorama des financements climat, Bâtiment Email
Pour aller plus loin
  • 12/07/2024
    Peut-on s’entendre sur les moyens publics pour le climat ?

    Même après une campagne électorale difficile pour l’écologie, la nécessité d’agir pour le climat reste un acquis largement partagé par les Français. Mais l’injonction à agir ne suffit pas. Pour combler le déficit d’investissements climat, il faut un consensus solide sur les moyens à y consacrer dans la durée. Aujourd’hui, ces moyens viennent en partie des budgets publics. Et sans faire de mystère, demain, nous pensons qu’ils devront probablement augmenter. De combien exactement ? Nous y répondons avec une étude exploratoire portant sur les secteurs de la rénovation, des transports et de la production d’énergie à l’horizon 2030.

  • 17/06/2024 Tribune
    Climat : doublons nos investissements en Europe

    Pour une Europe sûre et plus compétitive, il va falloir investir davantage en faveur de notre souveraineté énergétique et agricole, de notre compétitivité industrielle et de la protection de nos populations face aux aléas climatiques, estime Benoît Leguet, directeur de l’Institut de l’économie pour le climat. Oui, mais comment ? Si la surprise était plutôt à Paris qu’à Bruxelles dimanche soir, une lecture européenne des élections du 9 juin s’impose. Car même si elles font l’actualité au-delà de nos frontières, les élections législatives françaises n’auront qu’un impact limité sur le choix des « top jobs » bruxellois : présidence de la Commission, collège des commissaires, présidence du Parlement européen, présidence du Conseil.

  • 28/02/2024 Tribune
    Budget et transition écologique : navigation à vue

    Dès ce mois de février, la transition écologique fait les frais des coupes dans le budget 2024. C’est le retour à la navigation à vue sur le financement de la transition. Pour Benoît Leguet, éviter des coupes budgétaires récurrentes impose de mettre en débat l’efficacité des dispositifs de financement de la transition.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer