Bonus-malus automobile : la nécessaire évaluation

7 octobre 2021 - Étude Climat - Par : Dr. Louise KESSLER / Dr. Quentin PERRIER

Pour contribuer à résoudre le manque d’évaluation des politiques publiques, I4CE a développé un outil permettant d’anticiper l’effet du bonus-malus sur les ventes et les émissions des véhicules neufs. Cet outil, pour estimer ex ante l’impact du bonus-malus, vise à soutenir le développement d’outils similaires par les pouvoirs publics. Il montre que le barème actuel du bonus-malus devrait conduire à une baisse des émissions des véhicules neufs de 14% d’ici 2025, deux fois moins que l’objectif estimé à partir de la Stratégie Nationale Bas Carbone. Et ce, même en prenant en compte l’effet de la nouvelle norme européenne et en supposant un fort progrès technique. Des barèmes alternatifs sont proposés pour réduire cet écart.

 

Le secteur des transports fait face à un défi majeur : c’est aujourd’hui celui qui émet le plus de gaz à effet de serre (GES) en France, mais les objectifs européens et nationaux impliquent une baisse drastique des émissions du parc de véhicules neufs d’ici à 2030. Il est difficile de savoir si les politiques publiques actuellement en vigueur sont à la hauteur de cette ambition. En effet, la norme européenne apparait comme trop peu ambitieuse pour atteindre les objectifs nationaux à 2025, et le calibrage du bonus-malus ne semble être soumis à aucune étude d’impact publique..

 

Les parlementaires ne disposent donc d’aucune information sur les conséquences climatiques et environnementales du barème qu’ils votent ; une telle étude d’impact permettrait également d’informer le débat entre différentes parties prenantes sur la cohérence de l’action publique avec les objectifs de décarbonation fixés par la Stratégie nationale bas-carbone.

 

Alors que plusieurs institutions ont récemment appelé à évaluer l’efficacité, notamment environnementale, des politiques publiques, cette étude montre qu’il est possible de développer un outil permettant d’estimer l’impact du bonus-malus sur les émissions moyennes du parc de véhicules neufs en France. Bien que cet outil repose sur un certain nombre d’hypothèses de travail, il présente l’avantage de s’appuyer sur un modèle de demande de véhicules neufs développé dans le cadre de recherches académiques, ainsi que sur des données disponibles publiquement, et permet de réaliser une évaluation ex ante du dispositif du bonus-malus en France.

 

D’après les résultats présentés dans cette étude, le barème gouvernemental prévu jusqu’en  2023 n’est pas compatible avec les objectifs de réduction d’émissions du parc neuf estimés à partir du scénario de référence de la SNBC. D’après nos estimations, le barème gouvernemental ne permettrait de réduire les émissions que de 14 % d’ici  2025, tandis que la baisse des émissions calculée à partir des données de la SNBC est de l’ordre de  28 % sur la période. Et ce, alors même que le modèle prend en compte l’effet de la nouvelle norme européenne introduite en 2020, la mise en place du malus poids à partir de 2022, et se place dans le scénario d’un progrès technique «fort », qui se traduit par une baisse très significative des prix des véhicules électriques.

 

Cliquez sur ce bouton pour voir l’image

 

Une refonte majeure du barème serait nécessaire pour atteindre les objectifs climats de la feuille de route française. Deux propositions de barèmes alternatifs portant sur la période 2022-2025 sont présentées dans ce rapport, qui entraineraient une réduction des émissions en ligne avec celle estimée à partir de la SNBC. Ces barèmes reposent sur un durcissement non négligeable des montants du malus, un rehaussement du plafond ainsi que des hypothèses ambitieuses sur le progrès technique. Ce résultat suggère également que le barème du bonus-malus doit s’accompagner d’un durcissement de la norme européenne ; d’autres mesures complémentaires comme la mise en place de zones à faibles émissions, des places de parking réservées aux véhicules bas-carbone, une fiscalité plus incitative sur les carburants et des politiques de soutien à l’innovation seront utiles pour sécuriser l’atteinte des objectifs.

 

Le modèle développé pour cette étude est en accès libre et vise à soutenir le développement d’outils similaires par les décideurs publics, afin de soutenir la qualité du débat public, en améliorant notamment l’information des parlementaires au moment du vote du budget. L’ampleur des défis climatiques auxquels nous devons faire face, dont l’atteinte de la neutralité carbone à l’horizon 2050, dans un contexte où les finances publiques sont l’objet d’arbitrages économiques, rend nécessaire la mise en place d’un processus d’évaluation systématique des politiques publiques et nous espérons que cette étude ouvrira la voie vers des évaluations robustes et régulières de l’efficacité climatique du dispositif du bonus-malus en France.

 

Louise Kessler d’I4CE vous présente en deux minutes ce qu’est le bonus-malus automobile, son intérêt et les principaux enseignements de l’étude à laquelle elle a participé : 

 

 

Pour aller plus loin
  • 26/01/2024 Tribune
    Dépense publique et transition : l’art du « en même temps »

    Les investissements bas carbone augmentent mais restent insuffisants pour respecter les engagements de la France pour 2050. Augmenter le nécessaire soutien budgétaire à la décarbonation tout en réduisant les dépenses publiques sera loin d’être un exercice trivial. Les émissions de gaz à effet de serre en France continuent leur trajectoire à la baisse. Elles auraient continué à baisser sur les 9 premiers mois de 2023, avec une baisse de -4,6 % par rapport à la même période de 2022, d’après les estimations provisoires du Citepa, l’organisme qui établit les inventaires officiels d’émissions. C’est une bonne nouvelle.

  • 15/12/2023
    Investissements climat en France : 100 milliards d’euros, et après ?

    Comme chaque fin d’année, à l’heure du bilan, nous aimons regarder ce qui compte pour la transition en France : ses investissements en faveur du climat. Cette année, notre Panorama s’ouvre avec une bonne nouvelle : dans les bâtiments, les transports et la production d’énergie, les investissements climat augmentent, et franchissent même le cap symbolique de 100 milliards d’euros en 2022. Une dynamique encouragée par la réglementation, les soutiens publics et le calendrier de plusieurs grands projets, mais qui se heurte, fin 2023, à des vents contraires, notamment la hausse du coût du crédit et le renchérissement du coût des projets. Or, pour atteindre nos objectifs climat, il faudra investir nettement plus dans les prochaines années : au moins 58 milliards d’euros supplémentaires par an selon notre chiffrage.

  • 15/12/2023
    Édition 2023 du Panorama des financements climat

    Dans son Panorama des financements climat, I4CE dresse l’état des lieux annuel des investissements réalisés par les ménages, les entreprises et les pouvoirs publics, dans la rénovation des logements, les achats de véhicules électriques, les énergies renouvelables, ou encore les infrastructures ferroviaires, cyclables et de transports en commun urbains. Les investissements climat atteignent 100 milliards d’euros mais restent insuffisants au regard des besoins.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer