Budget vert : facteurs de réussite pour sa mise en œuvre dans les États membres de l’UE

15 juin 2023 - Étude Climat - Par : Chloé BOUTRON

Les budgets nationaux, en tant que levier principal de l’action publique, doivent être « verdis » par les gouvernements pour réussir la transition vers des économies bas-carbone, résilientes, et durables. Ainsi, les processus de budgétisation doivent garantir que suffisamment de fonds soient consacrés aux activités vertes et que les fonds publics soient détournés des activités nuisibles à l’environnement. 

 

(Rapport uniquement disponible en anglais) 

 

La budgétisation verte consiste en un ensemble d’outils destinés à aider les gouvernements à aligner les budgets publics sur les objectifs climatiques et environnementaux. Depuis la mise en œuvre du premier exercice de budgétisation verte au Népal en 2011 (1) avec le soutien du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), plus de 60 pays, dont 12 États membres de l’Union européenne (UE), ont mis en œuvre cette pratique. Pourtant aujourd’hui, seuls des fonds limités sont alloués aux objectifs climatiques et environnementaux dans le monde, et les budgets nationaux soutiennent encore largement des activités nuisibles à l’environnement (par exemple, via des subventions aux énergies fossiles) (IEA 2023). 

 

La mise en œuvre ou l’amélioration de la budgétisation verte peut aider les États membres de l’UE à atteindre leurs objectifs climatiques et environnementaux. Pour favoriser l’adoption de cet exercice, la « Directorate-General for Economic and Financial Affairs » de la Commission européenne (DG ECFIN) a publié le « Green Budgeting Reference Framework » (GBRF) en 2020, un outil flexible et adaptable (2). De plus, un programme de renforcement des capacités multinational, le «EU Green Budgeting Training », a été lancé en 2021 à la demande des États membres. Il est financé par l’UE via le « Technical Support Instrument  » de la Commission, géré par la «Directorate-General for Structural Reform Support » (DG REFORM), et réalisé en coopération avec l’Institute for Climate Economics (I4CE) et Expertise France. 

 

Ce rapport présente les résultats de la formation à la budgétisation verte dispensée dans 23 États membres de l’UE (3). Il met en évidence les ressources et les opportunités qui facilitent la mise en œuvre du budget vert parmi ces pays : la volonté d’échanger sur les bonnes pratiques entre pairs, les exigences de l’UE pour développer des stratégies climatiques et environnementales qui fournissent un contexte pour le budget vert, et l’adoption de « performance budgeting » dans plusieurs pays. Ce rapport souligne également les défis à dépasser et propose des options afin de garantir que la budgétisation verte soit mise en œuvre de manière robuste, qu’elle soit intégrée dans les processus nationaux, qu’elle serve d’outil d’aide à la décision pour aligner les budgets sur les objectifs climat et environnementaux.  

 

Lorsqu’il est correctement mis en œuvre, le  « green budget tagging » – un outil important de budgétisation verte – peut fournir une image nette de la part d’un budget national qui est alignée, ou qui va à l’encontre, des objectifs climat et environnementaux nationaux, et peut informer sur les réformes des postes budgétaires, notamment les postes qui soutiennent des activités nuisibles à l’environnement. Toutefois, si les pays veulent connaître le montant des fonds publics nécessaires pour atteindre les objectifs climatiques et environnementaux, ils doivent compléter la budgétisation verte par un plan de financement pour la transition incluant des estimations des besoins d’investissements.  

 

 

 


1 – https://www.npc.gov.np/images/category/climate_public_expenditure.pdf

2 – https://economy-finance.ec.europa.eu/economic-and-fiscal-governance/green-budgeting-eu_en

3 – Voir le tableau 2 en annexe du rapport pour la liste des pays participants 

Budget vert : facteurs de réussite pour sa mise en œuvre dans les États membres de l’UE Télécharger
Contacts I4CE
Chloé BOUTRON
Chloé BOUTRON
Chargée de recherche – Outils pour le financement de la transition à l'international Email
Pour aller plus loin
  • 21/06/2024
    En attendant le Plan national d’adaptation au changement climatique

    Les élections législatives anticipées ont balayé la dernière chance pour le gouvernement de présenter le projet de 3ème Plan National d’Adaptation au Changement Climatique (PNACC3) avant l’été. Les travaux avaient néanmoins bien avancé et, quelles que soient les suites, il y aura trois choses à retenir des progrès des derniers mois sur l’adaptation. La première, c’est l’idée maitresse du PNACC3 – celle qui pourrait structurellement changer la donne en matière d’adaptation et autour de laquelle toutes les dynamiques ont commencé à s’aligner : le partage d’une trajectoire de réchauffement de référence (TRACC). La prise en compte systématique du climat futur selon les hypothèses partagées de cette TRACC est une manière efficace pour enfin arrêter de regarder dans le rétroviseur et concrétiser un « réflexe adaptation » dans tous les investissements structurants. À ce stade, la TRACC n’est encore inscrite dans le marbre nulle part. Aller au bout de cette idée nécessitera un nouveau moment politique sur l’adaptation.

  • 20/06/2024
    Vagues de chaleur : ce que l’on peut dire des coûts de l’adaptation des bâtiments

    Face aux conséquences grandissantes des vagues de chaleur sur les activités économiques et les populations, l’adaptation du secteur du bâtiment apparait désormais comme un nouvel impératif. Si la question du « comment » a déjà fait l’objet de nombreux travaux, la question du « combien » reste pour le moment peu traitée. Pour avancer en ce sens, nous présentons dans ce rapport : un premier état des lieux de ce que l’on sait dire à date des coûts de l’adaptation aux vagues de chaleur pour le secteur du bâtiment ; la méthodologie que nous avons utilisée pour chiffrer les surcoûts de l’adaptation aux vagues de chaleur, construite à partir des éléments disponibles et de discussions avec des experts.

  • 23/05/2024 Billet d'analyse
    Financement local de la transition : le débat escamoté

    Il en va du financement de l’action climatique à l’échelle locale comme des travaux à entreprendre dans une copropriété composée de plus de 35 000 décideurs différents : le devis est de plus en plus précis mais, s’agissant d’une responsabilité partagée, personne ne veut prendre seul la facture à sa charge. Le contexte budgétaire national de ce début d’année, dominé par la réduction des déficits publics, est propice à remettre une nouvelle fois à plus tard l’indispensable réunion de syndic sans laquelle jamais les travaux ne s’engageront à la hauteur des besoins. Or, plus le temps passe, et plus les coûts risquent de grimper : quelques pistes pour faire progresser le sujet en 2024 malgré tout.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer