Climat : quels investissements pour le prochain quinquennat ?

13 décembre 2021 - Hors série - Par : Benoît LEGUET / Erwann KERRAND

Il reste moins de 30 ans pour atteindre la neutralité carbone. Cette transformation des économies française et européenne, à peine entamée, est historique.
Essentielle pour éviter le chaos climatique, elle doit aussi intégrer d’autres enjeux environnementaux, dont la biodiversité et la pollution de l’air. Elle constitue aussi une opportunité pour moderniser nos industries, créer des emplois de qualité, lutter contre la pauvreté, renforcer la prospérité économique et affirmer notre indépendance politique et énergétique.

 

Ce document a été co-écrit avec I4CE, iddri, OFCE et l’Institut Delors.

 

Si de nombreux pays ont annoncé des objectifs de neutralité carbone en amont de la dernière Conférence internationale sur le climat (COP 26), il manque encore des actes concrets, en France comme ailleurs. Beaucoup de chemins sont possibles pour atteindre la neutralité, il faut les préciser, les clarifier et les proposer au débat public.

 

On ne peut traiter les différentes facettes de la transition écologique séparément les unes des autres. Investissements publics comme privés, changements de modes de vie, reconfiguration des espaces urbains, nouveau pacte social, formation des travailleurs, innovations, modification des incitations économiques et production d’énergies nouvelles devront ainsi être appréhendés conjointement pour apporter une réponse systémique et relever le défi climatique.

 

Certains chantiers sont déjà ouverts : 2 % du PIB Français sont déjà consacrés à des investissements favorables au climat, l’Union européenne déploie un Pacte vert, les rénovations des bâtiments, productions d’énergies renouvelables et de véhicules électriques se développent. La Convention citoyenne pour le climat a démontré que ce mode de démocratie participative permet d’aboutir à des propositions concrètes, partiellement reprises dans la loi Climat et Résilience promulguée en 2021. Le plan France Relance permet d’apporter 30 milliards d’euros pour la transition écologique, mais sur une période limitée à deux ans. France 2030 donne de la prévisibilité aux financements de certaines filières innovantes.

 

Pourtant, en 2022, il faudra aller bien au-delà. Les élections sont une étape décisive et doivent mobiliser le pays sur un effort qui sera aussi long qu’une reconstruction, aussi profond qu’une refondation. Dans ce Policy Brief, nous recensons les éléments structurants pour lesquels nous attendons des propositions concrètes de chaque candidat et de chaque famille politique en termes de programmation pluriannuelle des investissements publics pour le climat. Car si l’investissement ne fait pas tout, il est le point nodal d’expression des choix politiques et permet de mieux juger, au-delà des discours, du contenu réel des propositions.

 

Pour aller plus loin
  • 10/01/2020 Billet d'analyse
    2020 : le climat devra être l’affaire de tous

    Trop longtemps le climat est resté cantonné aux silos « écolos » de nos institutions publiques : c’était l’affaire des Ministères de l’environnement. La situation semble s’être améliorée depuis une dizaine d’années, mais nous sommes encore loin du compte comme le pointe le premier rapport du Haut conseil pour le climat « Agir en cohérence avec les ambitions ». Pour Benoit Leguet, directeur d’I4CE et membre du HCC, 2020 offrira de multiples occasions de tester l’engagement de tous, en France comme à l’international.

  • 04/11/2016
    Chiffres clés du climat, France et Monde – Edition 2017

    Le jour de la ratification de l’Accord de Paris et à la veille de l’ouverture de la COP22 à Marrakech le 7 novembre, le ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer et  I4CE-Institute for Climate Economics publient l’édition 2017 des «  Chiffres clés du climat – France et Monde ». Quelques chiffres qui caractérisent l’édition […]

  • 26/09/2022 Tribune
    TRIBUNE I Réduisons la facture des prochaines crises

    Le coût de la crise énergétique et climatique ne cesse de s’alourdir. Pour faire face aux prix élevés de l’énergie et protéger les ménages, les collectivités, les industries vulnérables, la prolongation du bouclier tarifaire va encore coûter aux finances publiques la bagatelle de 45 milliards en 2023.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer