Publications

COP23 : L’Accord de Paris s’échauffe avant la grande rencontre de 2018

8 décembre 2017 - Point Climat - Par : Clément METIVIER / Dr. Vivian DEPOUES / Dr. Ian COCHRAN / Benoît LEGUET

La COP23 qui s’est tenue du 6 au 18 novembre dernier à Bonn en Allemagne se devait de démontrer que le processus de gouvernance inédit mis en place avec l’Accord de Paris sur le climat permettait bien, malgré les chocs politiques, de maintenir les conditions nécessaires à une transition bas-carbone ambitieuse.

On pouvait avoir trois attentes:

  1. tester la robustesse du cadre multilatéral installé avec la COP21
  2. avancer suffisamment dans la définition des mécanismes qui opérationnalisent l’Accord de Paris dès 2018
  3. préparer le “dialogue de facilitation” et la mise en place des conditions d’un relèvement de l’ambition

Dans un contexte d’urgence climatique, cette COP a permis de confirmer l’attachement de la communauté internationale à l’Accord de Paris, de maintenir la confiance dans le processus de négociations avec quelques avancées notables, et de mettre en lumière les initiatives coopératives de l’Agenda de l’Action. Cet Agenda de l’Action est un processus en expansion, qui se consolide et évolue de manière autonome, s’étendant au-delà de la sphère des négociations climatiques internationales auprès d’une diversité d’acteurs qui ont fait leurs les objectifs climatiques. Si la Présidence fidjienne de la COP23 a relevé le défi de l’entretien d’une dynamique constructive, la question cruciale mais non moins délicate de l’ambition n’en a pas moins été reposée à Bonn.

L’ouverture du dialogue de Talanoa conserve l’espoir d’avancées concrètes dans les prochains mois. Le chemin reste néanmoins semé d’importantes incertitudes, par exemple sur la question du financement ou les mécanismes de coopération.

Tous les regards se tournent donc vers 2018, qui devra être l’année d’un engagement politique renouvelé de la part des Etats.

 

 

COP23 : L’Accord de Paris s’échauffe avant la grande rencontre de 2018 pdf
Contacts I4CE
Dr. Vivian DEPOUES
Dr. Vivian DEPOUES
Chef de projet Adaptation au changement climatique Email
Dr. Ian COCHRAN
Dr. Ian COCHRAN
Conseiller Senior - Investissements Climat & Finance Email
Benoît LEGUET
Benoît LEGUET
Directeur général Email
Pour aller plus loin
  • 04/11/2016
    Chiffres clés du climat, France et Monde – Edition 2017

    Le jour de la ratification de l’Accord de Paris et à la veille de l’ouverture de la COP22 à Marrakech le 7 novembre, le ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer et  I4CE-Institute for Climate Economics publient l’édition 2017 des «  Chiffres clés du climat – France et Monde ». Quelques chiffres qui caractérisent l’édition […]

  • 16/03/2022 Billet d'analyse
    Présidentielle 2022 : le décryptage des propositions agricoles et alimentaires

    80. C’est le nombre de propositions sur l’agriculture et l’alimentation recensées jusqu’à maintenant par I4CE dans son décryptage des programmes de six candidats à l’élection présidentielle – Anne Hidalgo, Yannick Jadot, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon et Eric Zemmour – en attendant le programme d’Emmanuel Macron. L’analyse de ces propositions par les experts agriculture-alimentation Claudine Foucherot et Lucile Rogissart d’I4CE révèle des consensus et de profondes divergences.

  • 11/03/2020
    Intégrer les risques liés au climat dans les exigences de fonds propres des banques

    La dynamique du changement climatique est en voie d’intensification, ce qui pourrait imposer le recours à de mesures nouvelles et significatives. L’Accord de Paris a reconnu qu’il était urgent d’orienter les flux financiers vers des activités bas-carbone et un développement résilient au climat. Toutefois, le dernier rapport spécial du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) indique que pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C, les ressources financières consacrées aux activités vertes sont largement insuffisantes et les investissements dans les projets à forte intensité de carbone sont encore beaucoup trop élevés. Parallèlement, les risques liés au climat continuent de menacer la stabilité du secteur financier et ne sont que marginalement pris en compte par les exigences de fonds propres de Bâle III.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer