Édition 2019 du Panorama des financements climat

1 octobre 2019 - Étude Climat - Par : Hadrien HAINAUT

L’édition 2019 du Panorama des financements climat d’I4CE dresse l’état des lieux des investissements entrepris par les pouvoirs publics, les ménages et les entreprises en faveur du climat.

 

L’édition 2019 du Panorama révèle que les investissements en faveur du climat ont dépassé 45 milliards d’euros en 2018. Ces investissements ont été réalisés par les ménages, les pouvoirs publics et les entreprises, dans des secteurs tels que le bâtiment, les énergies renouvelables ou la mobilité durable. La transition énergétique concentre désormais un douzième des investissements du pays.

 

La tendance observée depuis 2014 se confirme : les investissements climat augmentent. Cette augmentation s’est même accélérée depuis 2017, dans un contexte de taux d’intérêt exceptionnellement bas et d’une hausse du prix des énergies fossiles et du carbone.

 

Les projets de Stratégie nationale bas-carbone (SNBC) et de Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) parus en 2018 et 2019 dressent une nouvelle trajectoire de réduction des émissions de gaz à effet de serre. D’ici la fin du quinquennat, 15 à 18 milliards d’euros supplémentaires devront être mobilisés chaque année pour respecter la trajectoire du second budget carbone (2019-2023). Et il ne suffira pas de mettre à disposition de nouvelles sources de financement : pour déclencher ces investissements, leur rentabilité et la réglementation sont déterminantes.

 

Les investissements vont surtout devoir augmenter dans la rénovation des logements, les véhicules bas-carbone, les énergies renouvelables, les transports en commun et les aménagements cyclables. Dans le réseau ferroviaire et la construction de logements performants, l’enjeu sera de maintenir les niveaux d’investissements actuels.

 

Les pouvoirs publics – État, collectivités locales, banques publiques – interviennent de plus en plus dans le financement des investissements climat et devront faire plus à l’avenir. Si le modèle de financement ne change pas, les pouvoirs publics devront mobiliser 7 à 9 milliards par an de plus d’ici 2023.

 

En parallèle, atteindre la neutralité carbone implique d’arrêter d’investir dans des équipements qui nous condamnent à émettre trop de gaz à effet de serre. Les investissements fossiles défavorables au climat ont dépassé les 67 milliards en 2018. Ils se concentrent dans les transports et concernent principalement les véhicules particuliers : les émissions au kilomètre des véhicules ont augmenté l’année dernière, du fait de la hausse des ventes de véhicules essence et de SUV. En 2018, pour une voiture bas-carbone vendue, plus de 40 voitures fortement émettrices de CO2 ont été mises en circulation.

 

Le Panorama des financements climat d’I4CE est réalisé avec les soutiens techniques et financiers de l’ADEME, du Ministère de la Transition écologique et solidaire et de la Fondation européenne du climat.

Pour aller plus loin
  • 12/07/2024
    Peut-on s’entendre sur les moyens publics pour le climat ?

    Même après une campagne électorale difficile pour l’écologie, la nécessité d’agir pour le climat reste un acquis largement partagé par les Français. Mais l’injonction à agir ne suffit pas. Pour combler le déficit d’investissements climat, il faut un consensus solide sur les moyens à y consacrer dans la durée. Aujourd’hui, ces moyens viennent en partie des budgets publics. Et sans faire de mystère, demain, nous pensons qu’ils devront probablement augmenter. De combien exactement ? Nous y répondons avec une étude exploratoire portant sur les secteurs de la rénovation, des transports et de la production d’énergie à l’horizon 2030.

  • 17/06/2024 Tribune
    Climat : doublons nos investissements en Europe

    Pour une Europe sûre et plus compétitive, il va falloir investir davantage en faveur de notre souveraineté énergétique et agricole, de notre compétitivité industrielle et de la protection de nos populations face aux aléas climatiques, estime Benoît Leguet, directeur de l’Institut de l’économie pour le climat. Oui, mais comment ? Si la surprise était plutôt à Paris qu’à Bruxelles dimanche soir, une lecture européenne des élections du 9 juin s’impose. Car même si elles font l’actualité au-delà de nos frontières, les élections législatives françaises n’auront qu’un impact limité sur le choix des « top jobs » bruxellois : présidence de la Commission, collège des commissaires, présidence du Parlement européen, présidence du Conseil.

  • 28/02/2024 Tribune
    Budget et transition écologique : navigation à vue

    Dès ce mois de février, la transition écologique fait les frais des coupes dans le budget 2024. C’est le retour à la navigation à vue sur le financement de la transition. Pour Benoît Leguet, éviter des coupes budgétaires récurrentes impose de mettre en débat l’efficacité des dispositifs de financement de la transition.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer