Objectifs climatiques européens : le stockage carbone agricole et forestier mis à contribution

22 octobre 2018 - Point Climat - Par : Clothilde TRONQUET / Valentin BELLASSEN

La séquestration du carbone dans la biomasse et les sols est indispensable pour atteindre les objectifs de neutralité carbone à l’horizon 2050. Il est donc important de prendre en compte ce secteur dans les objectifs climatiques des pays.

A partir de 2020, le secteur de l’usage des terres, des changements d’affectation des terres et de la foresterie (UTCATF) sera ainsi pleinement inclus dans les objectifs climatiques européens pour 2030.

Suite à un processus de consultation et de négociations de près de deux ans, le Conseil et le Parlement européens ont adopté le 30 mai 2018 le Règlement (UE) 841/2018 fixant les règles pour comptabiliser les émissions et les absorptions de gaz à effet de serre de ce secteur. Ce dernier vient renforcer la contribution nationalement déterminée (NDC) de l’Union européenne à l’accord de Paris et pourrait servir à influencer la manière de prendre en compte le secteur des terres dans le futur régime climatique international à partir de 2020.

Ce Point Climat répond ainsi à deux grandes interrogations :

  •  Quel est le contenu de ce Règlement qui va déterminer la manière dont seront comptabilisées  les contributions du secteur des terres et des forêts aux objectifs climatiques européens ?
  • Quels sont les différents sujets de débats et quels sont les enjeux politiques et techniques sous-jacents aux règles proposées ?

Les mécanismes de flexibilité et les modalités de prise en compte des terres forestières gérées sont au cœur des enjeux de ce Règlement, qui reflète notamment les spécificités de la contribution du secteur forestier à l’atténuation du changement climatique.

Ce dernier permet d’une part l’absorption du CO2 via le maintien et le renforcement des puits de carbone, mais il génère également des réductions d’émissions dans les autres secteurs via le recours aux produits-bois venant se substituer aux énergies fossiles et à des matériaux plus énergivores.

Objectifs climatiques européens : le stockage carbone agricole et forestier mis à contribution Télécharger
Contacts I4CE
Clothilde TRONQUET
Clothilde TRONQUET
Cheffe de projet – Programme Agriculture et Forêt Email
Pour aller plus loin
  • 13/01/2023
    Agenda climat 2023 : il n’y a jamais eu de meilleur moment pour agir

    2022 a été une année mouvementée sur le plan du climat. L’année a vu l’émergence d’un nouveau concept, celui de la polycrise : guerre en Ukraine, suites du Covid, retour de l’inflation, crise du gaz, pénuries agricoles, sécheresses persistantes et autres événements climatiques.  Toutes ces crises ont pointé in fine notre dépendance directe et indirecte aux énergies fossiles ; nos fragilités face à un climat qui change ; et la vulnérabilité de nos économies et des classes moyennes et modestes.

  • 02/12/2022
    La certification carbone européenne doit être exigeante… et attractive

    Comment différentier les projets qui permettent vraiment de stocker du carbone, des projets qui prétendent seulement le faire ? Question compliquée quand on s’intéresse à des projets dans l’agriculture et la forêt, pour lesquels la quantification du carbone stocké est complexe et se heurte au risque de non-permanence, et pour lesquels il faut aussi prendre en compte les autres défis environnementaux à commencer par la préservation de la biodiversité. Une question compliquée donc, mais une question qui nécessite une réponse ! Des acteurs privés et des pouvoirs publics veulent s’assurer que les projets agricoles et forestiers qu’ils financent au nom du climat ont un réel bénéfice environnemental.

  • 01/12/2022 Billet d'analyse
    Certification carbone : la Commission propose un cadre exigeant qui devra aussi être incitatif

    On y voit désormais plus clair sur le futur cadre de certification carbone européen, grâce à la proposition que la Commission vient de rendre publique. Cette proposition donne un cadre, de grands principes directeurs, et les détails seront précisés dès 2023 avec l’appui d’un groupe d’experts. Si le diable se cache dans les détails, le cadrage n’en est pas moins important. Claudine Foucherot d’[i4ce] l’a analysé et identifié quatre points sur lesquels il faudra être vigilant. De manière générale, on peut dire que la Commission fait une proposition ambitieuse qui présente cependant un risque : ne pas être suffisamment incitative pour permettre un déploiement massif des projets. 

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer