Pourquoi aligner son portefeuille financier sur une trajectoire bas-carbone pour gérer ses risques de transition ?

Les acteurs financiers sont aujourd’hui exposés à des risques de transition majeurs liés au changement climatique :

  • les risques climatiques physiques : ce sont les impacts financiers incertains qui résultent des effets du changement climatique sur les acteurs économiques et sur les portefeuilles d’actifs ;
  • les risques de transition : ce sont les impacts financiers incertains (positifs et négatifs) qui résultent des effets de la mise en place d’un modèle économique bas-carbone sur les acteurs économiques.

Les risques de transition sont caractérisés par une incertitude « radicale » sur la nature de la trajectoire bas-carbone (i.e. la trajectoire de réduction des émissions de gaz à effet de serre, qui restructure l’économie) et une incertitude plus « habituelle » sur les modalités de mise en oeuvre de cette trajectoire en termes économiques et sociaux.

La gestion des risques de transition bénéficierait d’un alignement des portefeuilles sur une trajectoire bascarbone :

  • un acteur économique est aligné sur une trajectoire 2°C lorsque la diminution progressive de ses émissions de gaz à effet de serre suit le rythme – spécifique aux activités opérées – correspondant à la trajectoire 2°C. Aligner un portefeuille sur une trajectoire bas-carbone signifie sélectionner progressivement – à l’intérieur d’un secteur ou d’une catégorie d’actifs financiers – les contreparties qui mettent en oeuvre les efforts de décarbonation croissants, requis sur leurs secteurs d’activités. Aligner un portefeuille sur une trajectoire 2°C est un processus progressif qui pourra être mis en place une fois qu’un volume suffisant d’actifs financiers seront alignés sur une trajectoire 2°C ;
  • l’alignement du portefeuille sur une trajectoire bascarbone peut limiter les risques de transition. En favorisant l’exposition aux contreparties qui adoptent une stratégie progressive et flexible d’alignement de leurs activités, cela réduit l’exposition aux actifs
    en retard sur le début de trajectoire sectorielle de décarbonation, sans pénaliser la performance future de l’actif en fonction des divers cas de poursuite de la trajectoire, et sans modifier drastiquement l’exposition sectorielle du portefeuille comparée au benchmark ; toutefois, cela ne peut réduire totalement l’exposition aux risques de transition (e.g. quand la contrepartie fait des choix stratégiques nécessaires et qui diminuent sa flexibilité face à des scénarios et trajectoires alternatifs).

Il y a plusieurs raisons de privilégier l’alignement bascarbone des portefeuilles pour gérer les risques de transition :

  • les stratégies usuelles de gestion des risques en finance (i.e. « transfert du risque » par couverture et assurance, ou « diversification ») ne suffiront pas à couvrir la majorité de l’exposition aux risques de transition. Pour réellement limiter l’exposition aux risques de transition, une stratégie d’alignement bas-carbone du portefeuille est préférable. Ceci est réalisable concrètement par « évitement » (i.e. éviter les actifs les plus exposés aux risques de transition) ou « engagement » (i.e. pousser la contrepartie à réduire son exposition) ;
  • la crédibilité d’une décarbonation de l’économie par rapport à une trajectoire business-as-usual est renforcée par plusieurs dynamiques (de politique climatique ; financière ; de marché) qui semblent pérennes ;
  • il existe une dynamique d’exigence réglementaire croissante pour l’alignement bas-carbone des portefeuilles.

La stratégie d’alignement sur une trajectoire bascarbone devrait être fondée sur une analyse prospective de l’impact financier de la trajectoire bas-carbone portant sur tous les actifs en portefeuille.

 

Pourquoi aligner son portefeuille financier sur une trajectoire bas-carbone pour gérer ses risques de transition ? Télécharger
Contacts I4CE
Romain HUBERT
Romain HUBERT
Chercheur – Risques climat, Acteurs financiers et adaptation Email
Morgane NICOL
Morgane NICOL
Directrice de programme – Collectivités, Adaptation, Financement public Email
Dr. Ian COCHRAN
Dr. Ian COCHRAN
Conseiller Senior - Investissements Climat & Finance Email
Pour aller plus loin
  • 09/02/2024 Tribune
    Climat : les institutions financières publiques, en première ligne de la transformation du système financier

    2 400 milliards de dollars par an. Ce montant qui fait tourner la tête est celui que nous devons collectivement réussir à mobiliser jusqu’en 2030 pour financer la transition climatique dans les pays du Sud, hors Chine. Une part importante de ce financement devra provenir de ressources domestiques : environ la moitié pourrait ainsi être mobilisée par l’amélioration des recettes fiscales nationales ou le recours aux marchés nationaux de capitaux. Le reste proviendrait de sources internationales, publiques et privées.

  • 01/12/2023
    COP28: It’s money time !

    La COP28 de Dubaï s’ouvre dans un contexte climatique inquiétant. Pour la première fois, le seuil d’augmentation de la température de 2°C par rapport à l’ère préindustrielle a été dépassé sur une journée, et un rapport publié par l’ONU cette semaine nous alerte sur le fait que les politiques actuelles placent la planète sur une trajectoire de réchauffement de 2,9°C, et que les chances de maintenir l’augmentation à +1.5°C ne sont plus que de 14%. Les résultats du premier Global Stocktake, le bilan mondial de l’action des pays depuis l’Accord de Paris, seront publiés à la COP et devraient confirmer l’urgence d’infléchir les trajectoires d’émissions de gaz à effet de serre.

  • 29/11/2023 Billet d'analyse
    Finance climat : multiplier les chiffres ne suffit pas à résoudre l’équation

    Une grande partie des discussions de la COP28 portera sur l’objectif de 100 milliards de dollars par an décidé à Copenhague pour soutenir les investissements climatiques dans les pays du Sud, et sur le nouvel objectif de financement du climat destiné à le remplacer. Cependant, tout en gardant les yeux rivés sur les volumes mis sur la table, nous devons également nous pencher davantage sur l’impact de chaque dollar dépensé. Il est essentiel d’identifier et d’exploiter la valeur ajoutée de chaque acteur économique afin d’éviter les chevauchements et de maximiser les synergies. Trois types d’acteurs ont un rôle central à jouer dans le changement de paradigme : les gouvernements, les institutions financières publiques et les institutions financières privées.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer