Très peu d’entreprises font bon usage des scénarios pour anticiper un futur sous contraintes climatiques

13 février 2019 - Par : Charlotte VAILLES / Clément METIVIER

Le changement climatique induit des changements profonds de nos écosystèmes, et la transition vers une économie bas carbone transforme le paysage politique, économique et social. Les entreprises auront à s’adapter à ces changements, ce qui implique à la fois des risques et opportunités. Certains changements sont déjà visibles aujourd’hui, mais la plupart vont se matérialiser sur le moyen/long terme, et il y a beaucoup d’incertitudes sur leur amplitude et leur temporalité. Dans ce contexte, l’utilisation de scénarios liés au climat est particulièrement utile pour évaluer la résilience d’une entreprise aux risques liés au changement climatique et à la transition bas carbone, et est notamment recommandée par la TCFD (Task-Force on Climate-related financial disclosures) mise en place par le Conseil de Stabilité Financière.

Ce Point Climat donne un aperçu du degré d’utilisation par les entreprises de l’analyse de scénarios liés au climat pour évaluer leurs risques et opportunités, à partir des réponses de 2003 entreprises à l’édition 2017 du questionnaire « Changement Climatique » de CDP.

L’analyse de ces réponses montre que:

Seulement 5% des entreprises indiquent recourir à l’analyse de scénarios liés au climat pour évaluer leur risques et opportunités ;

  • La moitié de ces entreprises est basée en Europe ;
  • L’analyse de scénarios liés au climat est plus répandue dans le secteur pétrolier et gazier et les services énergétiques que dans les autres secteurs;
  • Parmi les entreprises qui mentionnent réaliser une analyse de scénarios pour évaluer leurs risques de transition: environ 40% précisent employer des scénarios « faits sur mesure« , en général élaborés et modélisés en interne et seulement la moitié mentionne explicitement l’utilisation d’un scénario 2°C ou plus ambitieux ;
  • Parmi les entreprises qui mentionnent réaliser une analyse de scénarios pour évaluer leurs risques physiques liés au changement climatique: environ 25% spécifient utiliser des scénarios et outils externes, en général ceux rassemblés par le GIEC.

De manière générale, des confusions ont été identifiées dans la manière dont les entreprises comprennent et utilisent les scénarios liés au climat, et un besoin de pédagogie sur le sujet a été identifié.

Cette publication sera suivie d’autres travaux sur l’analyse de scénarios liés au climat, qui seront publiés au cours de 2019.

 

La publication est en anglais seulement.

Cette analyse fait partie du projet « Reimagining Disclosure », mené par CDP, et soutenu par Climate-KIC.

 

Très peu d’entreprises font bon usage des scénarios pour anticiper un futur sous contraintes climatiques Télécharger
Voir les annexes
Contacts I4CE
Charlotte VAILLES
Charlotte VAILLES
Chercheuse – Financement de la transition juste Email
Pour aller plus loin
  • 01/12/2023
    COP28: It’s money time !

    La COP28 de Dubaï s’ouvre dans un contexte climatique inquiétant. Pour la première fois, le seuil d’augmentation de la température de 2°C par rapport à l’ère préindustrielle a été dépassé sur une journée, et un rapport publié par l’ONU cette semaine nous alerte sur le fait que les politiques actuelles placent la planète sur une trajectoire de réchauffement de 2,9°C, et que les chances de maintenir l’augmentation à +1.5°C ne sont plus que de 14%. Les résultats du premier Global Stocktake, le bilan mondial de l’action des pays depuis l’Accord de Paris, seront publiés à la COP et devraient confirmer l’urgence d’infléchir les trajectoires d’émissions de gaz à effet de serre.

  • 29/11/2023 Billet d'analyse
    Finance climat : multiplier les chiffres ne suffit pas à résoudre l’équation

    Une grande partie des discussions de la COP28 portera sur l’objectif de 100 milliards de dollars par an décidé à Copenhague pour soutenir les investissements climatiques dans les pays du Sud, et sur le nouvel objectif de financement du climat destiné à le remplacer. Cependant, tout en gardant les yeux rivés sur les volumes mis sur la table, nous devons également nous pencher davantage sur l’impact de chaque dollar dépensé. Il est essentiel d’identifier et d’exploiter la valeur ajoutée de chaque acteur économique afin d’éviter les chevauchements et de maximiser les synergies. Trois types d’acteurs ont un rôle central à jouer dans le changement de paradigme : les gouvernements, les institutions financières publiques et les institutions financières privées.

  • 08/09/2023
    Financement du développement : des paroles aux actes

    La définition d’un nouveau « Pacte financier mondial », pour reprendre les termes pour le moins ambitieux d’Emmanuel Macron,  laisse peu de temps au repos. Nombreux sont les évènements internationaux qui se donnent pour objectif de repenser la manière dont les pays du Sud peuvent financer leur transition, avec le soutien des pays du Nord. La séquence d’événements qui a commencé cette semaine avec le sommet Finance in Common, le sommet africain sur le climat et le G20, et qui va se poursuivre avec les assemblées annuelles de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international, sera déterminante. Elle révèlera si les multiples résolutions exposées au cours du premier semestre 2023 pour réformer le financement du développement étaient des vœux pieux, ou les premières briques d’une nouvelle architecture financière internationale. 

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer