L’Accord de Paris apporte un signal et un cadre en faveur de l’action dans la lutte contre le changement climatique. Equilibré et ambitieux dans ses objectifs – dont la décarbonation de l’économie mondiale avant la fin du siècle –, il réunit les conditions pour inciter chacun à faire plus.


En entérinant un nouveau régime international sur le climat, l’Accord permet de se concentrer sur l’essentiel : orienter les pays vers des économies bas-carbone et résilientes au changement climatique. C’est bien cela le défi principal à relever, plus que l’application directe des décisions prises à Paris.


La COP21 marque l’avènement d’un nouveau régime de coopération internationale plutôt que la volonté – utopique – de punir ou contraindre les États. Elle entérine des évolutions qui se basent sur la volonté d’inciter tous les acteurs – États ou non – à agir. En ce sens, c’est une réelle victoire du multilatéralisme.


En effet, la COP21 marque la « fin du commencement » des négociations pour s’orienter un régime permanent, émaillés de rendez-vous réguliers. Cette victoire ne sera cependant historique que si cette coopération aboutit sur une action renforcée et sur des résultats concrets. Il n’y plus qu’à !