Les comptes mondiaux du carbone en 2018

17 avril 2018 - Point Climat - Par : Dr. Sébastien POSTIC / Clément METIVIER

Les comptes mondiaux du carbone en 2018 d’I4CE présentent les principales tendances concernant la mise en oeuvre des politiques de tarification explicites du carbone dans le monde en 2018.

 

5 tendances en 2018

  1. (Trop) Peu de juridictions ont mis en place un prix explicite du carbone. Au 1er avril 2018, 46 pays et 26 provinces ou villes ont établi une politique de tarification du carbone via des taxes sur le carbone et des systèmes d’échange de quotas d’émission (SEQE) ;
  2. La mise en oeuvre de politiques de tarification du carbone s’accélère. En 2017, 3 SEQE et 3 taxes carbone ont été mises en place, et plus de 25 instruments de tarification du carbone ont été annoncés pour les années à venir ;
  3. Les revenus du carbone représentent un levier de financement de plus en plus important pour l’environnement et l’économie. I4CE estime que les instruments de tarification du carbone ont généré 32 milliards de dollars (26 milliards d’euros) de revenus en 2017, contre 22 milliards de dollars en 2016 ;
  4. Un prix du carbone qui est jugé comme trop faible par les acteurs économiques. Le prix explicite de la tonne de CO2 en 2018 est globalement compris entre moins de 1 dollar (1 euro) et 139 dollars (114 euros) selon la juridiction ;
  5. Les prix explicites du carbone en 2018 ne sont pas alignés sur la trajectoire des 2°C.

Frise chronologique, carte du monde, tableau détaillé et graphique de synthèse fournissent toutes les informations sur les juridictions disposant ou ayant prévu d’établir des politiques explicites de tarification du carbone, le type d’instrument choisi, les secteurs et combustibles couverts, les niveaux de prix et l’utilisation des revenus générés.

Carte mondiale des prix explicites du carbone en 2018

carte-prix-du-carbone

Pour aller plus loin
  • 18/11/2022
    COP27 : rappelons les évidences sur la finance climat

    Alors que la COP27 arrive à son terme, rappelons une évidence : la mise en œuvre de l’Accord de Paris nécessitera des flux financiers des pays développés vers les pays en développement. Ces flux ne se résument néanmoins pas aux fameux 100 milliards de dollars annuels, promis pars les nations du Nord à leurs homologues du Sud – promesse par ailleurs non tenue à ce jour. Et ils ne se résument pas aux seuls flux budgétaires. Il s’agit plus fondamentalement de revoir en profondeur l’architecture du financement du développement – en tous les cas, son volet climat. C’est donc dans un premier temps la mission et le modus operandi des banques multilatérales, et plus largement des banques publiques de développement, qu’il faut revoir.

  • 25/05/2015
    Québec : une étude de cas de tarification du carbone

    Le Québec est la première province canadienne à établir un système d’échange de quotas d’émissions et qui après s’être récemment relié avec le système de la Californie fait partie du plus grand marché nord- américain du carbone. L’étude de cas examine l’évolution du programme du Québec, ainsi que ses avantages et ses défis à se […]

  • 30/09/2021
    Évaluation environnementale du budget : Revue des expériences internationales

    I4CE a analysé 10 « budgets verts » à travers le monde afin d’identifier les conditions méthodologiques et procédurales pour que cet exercice soit vraiment utile, et la France en remplit beaucoup. Mais même bien utilisé, cette évaluation ne permet pas de savoir si le budget d’un pays ou d’une collectivité est cohérent avec son ambition climatique.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer