Les comptes mondiaux du carbone en 2018

17 avril 2018 - Point Climat - Par : Dr. Sébastien POSTIC / Clément METIVIER

Les comptes mondiaux du carbone en 2018 d’I4CE présentent les principales tendances concernant la mise en oeuvre des politiques de tarification explicites du carbone dans le monde en 2018.

 

5 tendances en 2018

  1. (Trop) Peu de juridictions ont mis en place un prix explicite du carbone. Au 1er avril 2018, 46 pays et 26 provinces ou villes ont établi une politique de tarification du carbone via des taxes sur le carbone et des systèmes d’échange de quotas d’émission (SEQE) ;
  2. La mise en oeuvre de politiques de tarification du carbone s’accélère. En 2017, 3 SEQE et 3 taxes carbone ont été mises en place, et plus de 25 instruments de tarification du carbone ont été annoncés pour les années à venir ;
  3. Les revenus du carbone représentent un levier de financement de plus en plus important pour l’environnement et l’économie. I4CE estime que les instruments de tarification du carbone ont généré 32 milliards de dollars (26 milliards d’euros) de revenus en 2017, contre 22 milliards de dollars en 2016 ;
  4. Un prix du carbone qui est jugé comme trop faible par les acteurs économiques. Le prix explicite de la tonne de CO2 en 2018 est globalement compris entre moins de 1 dollar (1 euro) et 139 dollars (114 euros) selon la juridiction ;
  5. Les prix explicites du carbone en 2018 ne sont pas alignés sur la trajectoire des 2°C.

Frise chronologique, carte du monde, tableau détaillé et graphique de synthèse fournissent toutes les informations sur les juridictions disposant ou ayant prévu d’établir des politiques explicites de tarification du carbone, le type d’instrument choisi, les secteurs et combustibles couverts, les niveaux de prix et l’utilisation des revenus générés.

Carte mondiale des prix explicites du carbone en 2018

carte-prix-du-carbone

Pour aller plus loin
  • 17/05/2024
    Revenus carbone : leur rôle dans le financement de la transition climatique

    Le mois dernier, le secrétaire de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), Simon Stiell, a souligné l’importance de cette année et de l’année prochaine pour l’Accord de Paris et a appelé à « un bond en avant dans le financement climatique » avant les Réunions de printemps de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international. En effet, les émissions devant atteindre leur maximum avant 2025, notre fenêtre d’opportunité pour maintenir l’augmentation de la température à +1,5°C se referme rapidement. Il est urgent d’accroître et d’améliorer les financements pour la transition. Les politiques de tarification du carbone et leurs recettes font partie des outils disponibles qui peuvent contribuer à combler le déficit de financement de la lutte contre le changement climatique.

  • 15/05/2024
    Maximiser les avantages de la tarification du carbone par l’utilisation des revenus carbone

    Les politiques de tarification du carbone et leurs revenus font partie des outils disponibles qui peuvent aider à combler le déficit de financement climatique. Avec des recettes provenant des taxes sur le carbone et des systèmes d’échange de quotas d’émission (ETS) qui ont triplé depuis l’Accord de Paris, et une tendance à la hausse qui pourrait se poursuivre à moyen terme, « comment utiliser les recettes du carbone » est devenu une question cruciale. Ce rapport, préparé dans le cadre du projet European Union Climate Dialogues (EUCDs) financé par l’Union européenne (UE), vise à informer les décideurs politiques et les praticiens sur les leçons apprises et les voies à suivre concernant l’utilisation des revenus du carbone, avec une approche globale basée sur un examen des expériences internationales.  

  • 09/02/2024
    Money, money, money : Stratégies de financement de la transition climatique

    La France devrait publier en milieu d’année sa première stratégie pluriannuelle de financement annuel de la transition écologique. Que de chemin parcouru depuis la première Stratégie nationale bas-carbone en 2015 qui n’abordait que très peu les aspects de financement ! Et c’est une bonne nouvelle. À I4CE, nous pensons que de tels plans sont essentiels pour soutenir la transition climatique. Des objectifs de dépenses publiques crédibles et pluriannuels permettent d’embarquer le secteur privé et les financeurs de l’action publique (détenteurs de la dette, bailleurs internationaux, contribuables) dans la transition, et de réorienter les flux financiers comme l’exige l’Accord de Paris. Les plans de financement globaux évitent également les approches simplistes fondées exclusivement sur l’évaluation de projets au cas par cas sur la base d’approches coûts-bénéfices utiles mais limitées, qui peuvent in fine entraîner des coûts supplémentaires importants.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer