Décryptage des projets de Contrats de Plan État-Régions 2021-2027

22 juillet 2021 - Point Climat - Par : Aurore COLIN

Plus de 40 milliards d’euros de financements sont en passe d’être engagés par l’Etat et les Régions dans le cadre du renouvellement des Contrats de Plan Etat-Régions (CPER). La destination de ces financements se précise à travers les projets de CPER 2021-2027 publiés pour la plupart des Régions. Bien qu’ils ne soient pas toujours complets et détaillés, I4CE a décrypté ces projets pour en dégager les grandes tendances et points de vigilance au regard du climat. Evolution des secteurs financés, hiatus du volet mobilité, effort pour la rénovation énergétique des bâtiments, faible prise en compte de l’adaptation… Ce Point climat identifie ce qu’il faut en retenir.

 

Si les CPER ont évolué pour répondre aux enjeux de la relance, ils n’en restent pas moins structurants pour le climat. A l’instar de la génération 2015-2020, ils apportent des financements importants dans des secteurs à forts enjeux et leviers climat tels que le bâtiment, l’aménagement du territoire, l’environnement et la mobilité – bien que ce dernier volet n’ait pas encore été négocié pour la période 2023-2027.

 

Les financements « climat » hors mobilité inscrits dans les projets de CPER semblent en augmentation par rapport aux CPER 2015-2020. En particulier pour la rénovation énergétique des bâtiments qui représente la moitié de ces financements et dont les montants annualisés ont plus que doublé. Cet effort porte surtout sur les années 2021-2022 à travers les Accords de relance régionaux qui constituent la première brique des CPER. Il est cependant nécessaire que les CPER « finaux » pérennisent cet effort au-delà de 2022 pour répondre aux besoins d’investissement qui vont eux aussi augmenter fortement dans ce secteur.

 

Etat et Régions doivent également améliorer la prise en compte de l’adaptation aux impacts du changement climatique dans leurs CPER. Alors que la majorité des projets financés à travers les CPER seront potentiellement impactés par le changement climatique (infrastructures, bâtiments, filières agricoles…), l’adaptation à ces impacts est encore très peu prise en compte dans les investissements structurants inscrits dans les projets de CPER.

 

Enfin, Etat et Régions doivent s’appliquer à rendre plus compréhensibles et lisibles les CPER 2021-2027 pour mieux distinguer et préciser les nouveaux engagements financiers apportés par les CPER. Cette clarification est essentielle pour assurer un meilleur suivi de ces outils, en particulier de leurs impacts « climat » et pour renforcer leur articulation avec les SRADDET qui portent les ambitions climat des Régions. »

 

 

Note : Les montants du graphique 4 ne s’ajoutent pas aux montants du graphique 1 : ils sont contenus dans les différentes priorités du graphique 1.

 

Pour aller plus loin
  • 03/02/2023
    L’adaptation entre dans une nouvelle ère

    L’adaptation aux impacts du changement climatique en France n’est plus un tabou. C’est la première chose à retenir de la grande conférence organisée lundi dernier par I4CE et France Stratégie. La question n’est plus de savoir s’il faut s’adapter mais comment le faire. Elle n’est plus vue comme un renoncement à réduire les émissions de gaz à effet de serre, mais comme le second pilier de la lutte contre les changements climatiques. Il nous faut à la fois atténuer et adapter, « éviter l’ingérable et gérer l’inévitable » pour reprendre une expression utilisée à maintes reprises pendant la conférence.

  • 27/01/2023
    En 2023, l’adaptation doit devenir un réflexe pour l’État et les collectivités

    Ces derniers mois, enfin, la France a pris conscience de la nécessité d’adapter tous les territoires aux conséquences du dérèglement climatique. L’adaptation est un objectif mieux compris et mieux partagé, et elle devrait être au cœur du prochain plan national anti sécheresse ou de la future loi d’orientation agricole. Il était temps. Car jusqu’alors, nous continuions à concevoir des politiques et à investir dans des infrastructures comme si le climat ne changeait pas. Chaque année, au moins 50 milliards d’euros d’investissements publics sont encore réalisés sans systématiquement prendre en compte le fait que le climat change. 

  • 27/01/2023
    Adaptation : ce que peuvent (et doivent) faire les collectivités

    Les impacts du changements climatiques sont locaux et une grande partie de l’adaptation des territoires reposera sur les collectivités. Elles peuvent – et doivent – dès maintenant mettre en place de nombreuses actions sans-regret et mobiliser des moyens humains et financiers pour engager une politique d’adaptation ambitieuse de leur territoire. Retrouvez dans ce Point Climat d’I4CE la liste de ces actions. 

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer