Publications

La composante carbone en France : fonctionnement, revenus et exonérations

La composante carbone (CC) plus connue sous le nom de « taxe carbone », revient régulièrement sur le devant de la scène politique et médiatique. A l’occasion des discussions sur le budget 2019, I4CE revient dans ce Brief sur la genèse de la CC, son fonctionnement, et l’utilisation de ses recettes. Il fait également le point sur les exonérations dont bénéficient certains secteurs : leur justification, leur montant, ou encore les émissions de CO2 associées.

 

Fixée en 2018 à 44,6 EUR/tCO2, la composante carbone  consiste en une modalité de calcul des taxes intérieures de consommation (TIC) existantes, et non en une taxe carbone à part entière. Cette définition répond à la volonté d’exonérer certains secteurs et usages, volonté qui a valu aux précédents projets de taxe carbone d’être successivement retoqués depuis 2000.

 

Ainsi, les secteurs et usages exonérés de la TIC sur les produits énergétiques (TICPE), sur le gaz naturel (TICGN) et sur le charbon (TICC) sont aussi exonérés de CC. Tandis qu’une partie de ces exonérations sont commandées par une directive européenne, la majorité est définie à l’échelle nationale et prend la forme d’un remboursement partiel des taxes payées.

 

Si la CC génère des recettes nettes particulièrement importantes relativement à d’autres pays, les exonérations sur les TIC génèrent une dépense fiscale importante et croissante : elles devraient atteindre 6,9 Mds EUR en 2018, soit presque deux fois plus qu’en 2014. Compte tenu de la hausse prévue de la CC à 86,2 EUR/tCO2 en 2022, ces dépenses devraient continuer d’augmenter considérablement si aucune mesure n’est prise.

 

La composante carbone en France : fonctionnement, revenus et exonérations Télécharger
Contacts I4CE
Dr. Sébastien POSTIC
Dr. Sébastien POSTIC
Chercheur – Finances publiques, Développement Email
Lucile ROGISSART
Lucile ROGISSART
Chercheuse – Financement de la transition agricole, Alimentation Email
Pour aller plus loin
  • 28/02/2024 Tribune
    Budget et transition écologique : navigation à vue

    Dès ce mois de février, la transition écologique fait les frais des coupes dans le budget 2024. C’est le retour à la navigation à vue sur le financement de la transition. Pour Benoît Leguet, éviter des coupes budgétaires récurrentes impose de mettre en débat l’efficacité des dispositifs de financement de la transition.

  • 23/02/2024
    L’Union européenne doit doubler ses investissements climat

    Cette semaine, I4CE lance le premier rapport sur le déficit d’investissement climat européen. Au cours d’une année de recherche, nous avons analysé les investissements dans 22 secteurs de l’économie européenne (UE-27) qui sont essentiels pour que l’Union européenne atteigne ses objectifs climatiques et de sécurité énergétique à l’horizon 2030. Nos résultats montrent que le Green Deal européen prend de l’ampleur sur le plan économique, les investissements dans ces 22 secteurs dans l’UE ayant augmenté de 9 % en 2022, pour atteindre 407 milliards d’euros cette année-là. Cependant, pour atteindre les objectifs de l’UE pour 2030, l’économie européenne devrait investir 813 milliards d’euros en moyenne, chaque année d’ici à 2030.

  • 21/02/2024
    Déficit d’investissement climat européen : Une trajectoire d’investissement pour l’avenir de l’Europe

    Les investissements climats ont augmenté de 9 % dans l’Union européenne en 2022. Ce rapport constate que le Green Deal européen prend de l’ampleur sur le plan économique, mais que les investissements dans la modernisation du secteur de l’énergie, des transports et des bâtiments doivent encore doubler pour que l’UE atteigne les objectifs climatiques de 2030. 

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer