Publications Certification carbone

Fiscalité climat : les leçons des expériences étrangères

Après avoir été « gelée » à son niveau de 2018 par le gouvernement, le futur de la taxe carbone en France demeure incertain. Elle pourrait être discutée par la Convention citoyenne sur le climat tout juste annoncée par le Président de la République. Mais que ce soit pour dans trois mois ou dans trois ans, la France doit apprendre des mois passés de contestation. Elle peut aussi apprendre des expériences étrangères en matière de fiscalité climat. C’est pourquoi I4CE– Institut de l’Economie pour le Climat publie aujourd’hui deux rapports sur la fiscalité climat et les pays étrangers.

 

 

Dans son étude « Fiscalité climat : la France peut apprendre des pays étrangers pour avancer », I4CE analyse dix pays issus de quatre continents différents, qui ont mis en place des réformes ayant pour conséquence l’augmentation des prix de l’énergie pour les ménages et les entreprises. L’une des trois leçons que peut en tirer la France est que, pour être acceptée, il faut être transparent sur l’usage des revenus d’une taxe carbone. Cet usage doit être débattu bien en amont, sous peine de devenir une pomme de discorde. Et une fois acté, il faut aussi faire preuve de transparence. A l’image de la Colombie-Britannique (Canada) où 15% du salaire du Ministre des Finances est conditionné au fait que toutes les recettes de la taxe carbone aillent à la baisse d’autres impôts. En Californie (USA), c’est l’Assemblée qui décide chaque année, après plus de 200 consultations publiques, de l’utilisation des recettes issues de son marché carbone.

 

 

 

 

Etant donné le contexte politique français, marqué par une certaine défiance envers l’impôt et un impératif de protection des classes moyennes et populaires, I4CE identifie dans les expériences étrangères différentes options pour utiliser les recettes de la taxe carbone en France. Des options qui, toutes, consistent à « rendre l’argent » d’une manière ou d’une autre, et à le rendre en portant une attention particulière aux ménages modestes. En Suisse par exemple, deux tiers des recettes de la taxe carbone ont permis de baisser les cotisations santé des entreprises et des ménages. Tous les résidents suisses ont vu leur cotisation santé baisser de 89 US$ ce qui permis aux plus modestes – qui consomment moins d’énergie – de sortir gagnants de l’opération. D’autres pays ont fait le choix de baisser l’impôt sur le revenu des ménages modestes, voire de les exonérer.

 

 I4CE publie également aujourd’hui l’édition 2019 de ses « comptes mondiaux du carbone ». A travers une carte du monde, un tableau détaillé et des graphiques de synthèse, I4CE passe en revue les pays ayant instauré une taxe ou un marché carbone, et ceux ayant prévu de le faire. Il en ressort que, au premier mai 2019, 25 taxes carbone et 26 marchés carbone sont en fonctionnement à travers le monde. Ils couvrent environ 60 % du PIB mondial. Le niveau de prix varie grandement entre pays, mais est généralement bien inférieur aux recommandations des experts.  Ces taxes et marchés carbone ont généré 40 milliards d’euros en 2018, des revenus majoritairement intégrés au budget général ou fléchés vers des projets environnementaux.

 

 

Plus d’informations :

  • I4CE – Institut de l’Economie pour le Climat est un think tank expert de l’économie et de la finance. Nous faisons avancer la lutte contre les changements climatiques en informant le débat public et en accompagnant les décideurs publics et privés. I4CE est une association reconnue d’intérêt général à but non lucratif. www.i4ce.org
Contacts I4CE
Dr. Sébastien POSTIC
Dr. Sébastien POSTIC
Chef de projet – Industrie, énergie et climat Email
Marion FETET
Marion FETET
Chargée de recherche –Territoires Email
Pour aller plus loin
  • 02/12/2022
    La certification carbone européenne doit être exigeante… et attractive

    Comment différentier les projets qui permettent vraiment de stocker du carbone, des projets qui prétendent seulement le faire ? Question compliquée quand on s’intéresse à des projets dans l’agriculture et la forêt, pour lesquels la quantification du carbone stocké est complexe et se heurte au risque de non-permanence, et pour lesquels il faut aussi prendre en compte les autres défis environnementaux à commencer par la préservation de la biodiversité. Une question compliquée donc, mais une question qui nécessite une réponse ! Des acteurs privés et des pouvoirs publics veulent s’assurer que les projets agricoles et forestiers qu’ils financent au nom du climat ont un réel bénéfice environnemental.

  • 01/12/2022 Billet d'analyse
    Certification carbone : la Commission propose un cadre exigeant qui devra aussi être incitatif

    On y voit désormais plus clair sur le futur cadre de certification carbone européen, grâce à la proposition que la Commission vient de rendre publique. Cette proposition donne un cadre, de grands principes directeurs, et les détails seront précisés dès 2023 avec l’appui d’un groupe d’experts. Si le diable se cache dans les détails, le cadrage n’en est pas moins important. Claudine Foucherot d’[i4ce] l’a analysé et identifié quatre points sur lesquels il faudra être vigilant. De manière générale, on peut dire que la Commission fait une proposition ambitieuse qui présente cependant un risque : ne pas être suffisamment incitative pour permettre un déploiement massif des projets. 

  • 08/07/2022 Tribune
    Tribune | Rémunération carbone : nous avons besoin d’une certification européenne ambitieuse et pragmatique

    La Commission européenne va proposer d’ici la fin de l’année une « certification carbone », première étape vers la rémunération des agriculteurs et forestiers qui contribuent au stockage de carbone. Ce projet de certification soulève des débats et des inquiétudes. Pour l’Institut de l’économie pour le climat (I4CE), l’Union européenne peut y répondre et développer une certification ambitieuse en s’appuyant sur l’expérience des Etats membres en la matière.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer