Publications

COP22 à Marrakech : un passage à l’action réussi qui devra se traduire par une accélération d’ici 2018

L’Accord de Paris adopté en décembre 2015 lors de la COP21 a posé les principes et les objectifs d’une transition globale vers des modèles économiques et sociaux zéro carbone et résilients aux changement climatique à l’horizon 2050. Fondée sur un nouveau régime multilatéral de coopération, la dynamique d’entrainement des Etats et des acteurs non-étatiques impulsée lors de la COP21 doit aujourd’hui démontrer sa robustesse et être mise en oeuvre. Confirmer la pérennité de l’élan de 2015 et avancer dans la définition d’un cadre de mise en oeuvre commun de l’Accord étaient les défis de la COP22 qui s’est tenue au Maroc du 7 au 18 novembre dernier.

Ce point Climat revient sur ce qu’il s’est passé lors des 12 derniers mois, sur les avancées de cette conférence de Marrakech et sur les défis qui jalonnent le long processus vers un ré-alignement de l’économie mondiale en réponse au changement climatique. Il souligne notamment que :

  • Avec l’entrée en vigueur anticipée de l’Accord de Paris,  les discussions internationales sur le climat entrent à nouveau dans un cycle moins politique et plus technique dont le pas de temps différent devrait nous mener jusqu’en 2018 pour mettre en place l’ensemble des dispositifs (de transparence, de progression continu, de financement, etc.) prévus lors de la COP21;
  • les principes d’universalité et de dynamique mondiale de coopération établis par l’Accord de Paris ont connu cette année leurs premières « mises à l’épreuves » dans un contexte international agité ;
  • des signaux positifs continuent d’être envoyés par de nombreux acteurs étatiques et non-étatiques engagés dans des transformations profondes de leurs modèles ;
  • les questions de l’ambition et de la vitesse de la transition restent un défi encore non relevé : en l’état actuel, les contributions nationales n’aboutissent pas à une trajectoire d’émissions compatible avec les objectifs de long terme de l’Accord de Paris : limiter l’augmentation de la température sous les +2°C d’ici la fin du siècle.

La COP22 poursuit donc le chapitre ouvert à Paris en 2015 mais sans le terminer.

COP22 à Marrakech : un passage à l’action réussi qui devra se traduire par une accélération d’ici 2018 pdf
Contacts I4CE
Morgane NICOL
Morgane NICOL
Directrice du Programme Territoires Email
Dr. Vivian DEPOUES
Dr. Vivian DEPOUES
Chef de projet Adaptation au changement climatique Email
Hadrien HAINAUT
Hadrien HAINAUT
Chef de projet - Investissement Climat Email
Clothilde TRONQUET
Clothilde TRONQUET
Cheffe de projet – Programme Agriculture et Forêt Email
Benoît LEGUET
Benoît LEGUET
Directeur général Email
Pour aller plus loin
  • 16/09/2022
    Les bâtiments face aux nouvelles vagues de chaleur : investir aujourd’hui pour limiter la facture demain

    Plus de 35°C dans des salles d’examen lors des épreuves du baccalauréat, des habitants éprouvés par la surchauffe de leurs logements… L’été 2022 a de nouveau démontré que nos bâtiments ne sont pas adaptés pour faire face aux nouvelles vagues de chaleur. Pourtant, chaque année, des dizaines de milliards d’euros sont investis dans des opérations de construction et de rénovation qui ne prennent pas en compte le confort d’été. Dans cette étude, I4CE propose d’actionner tout de suite trois leviers pour amorcer une dynamique d’adaptation de nos bâtiments, et trois évolutions plus structurelles parmi lesquelles l’évolution de la réglementation thermique.

  • 23/11/2020
    Evaluation climat des budgets des collectivités territoriales – Volet adaptation

    Pour les collectivités territoriales, c’est notamment au moment des arbitrages sur les dépenses qui seront effectivement réalisées qu’il est possible de questionner ces dépenses et de les orienter le plus possible vers la transition climatique. C’est pourquoi I4CE et ses partenaires se sont lancés dans la co-construction d’une méthodologie commune et partagée pour évaluer un budget local sous le prisme des enjeux climatiques.

  • 07/10/2021
    Bonus-malus automobile : la nécessaire évaluation

    Pour contribuer à résoudre le manque d’évaluation des politiques publiques, I4CE a développé un outil permettant d’anticiper l’effet du bonus-malus sur les ventes et les émissions des véhicules neufs. Cet outil, pour estimer ex ante l’impact du bonus-malus, vise à soutenir le développement d’outils similaires par les pouvoirs publics.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer