Publications

COP22 à Marrakech : un passage à l’action réussi qui devra se traduire par une accélération d’ici 2018

L’Accord de Paris adopté en décembre 2015 lors de la COP21 a posé les principes et les objectifs d’une transition globale vers des modèles économiques et sociaux zéro carbone et résilients aux changement climatique à l’horizon 2050. Fondée sur un nouveau régime multilatéral de coopération, la dynamique d’entrainement des Etats et des acteurs non-étatiques impulsée lors de la COP21 doit aujourd’hui démontrer sa robustesse et être mise en oeuvre. Confirmer la pérennité de l’élan de 2015 et avancer dans la définition d’un cadre de mise en oeuvre commun de l’Accord étaient les défis de la COP22 qui s’est tenue au Maroc du 7 au 18 novembre dernier.

Ce point Climat revient sur ce qu’il s’est passé lors des 12 derniers mois, sur les avancées de cette conférence de Marrakech et sur les défis qui jalonnent le long processus vers un ré-alignement de l’économie mondiale en réponse au changement climatique. Il souligne notamment que :

  • Avec l’entrée en vigueur anticipée de l’Accord de Paris,  les discussions internationales sur le climat entrent à nouveau dans un cycle moins politique et plus technique dont le pas de temps différent devrait nous mener jusqu’en 2018 pour mettre en place l’ensemble des dispositifs (de transparence, de progression continu, de financement, etc.) prévus lors de la COP21;
  • les principes d’universalité et de dynamique mondiale de coopération établis par l’Accord de Paris ont connu cette année leurs premières « mises à l’épreuves » dans un contexte international agité ;
  • des signaux positifs continuent d’être envoyés par de nombreux acteurs étatiques et non-étatiques engagés dans des transformations profondes de leurs modèles ;
  • les questions de l’ambition et de la vitesse de la transition restent un défi encore non relevé : en l’état actuel, les contributions nationales n’aboutissent pas à une trajectoire d’émissions compatible avec les objectifs de long terme de l’Accord de Paris : limiter l’augmentation de la température sous les +2°C d’ici la fin du siècle.

La COP22 poursuit donc le chapitre ouvert à Paris en 2015 mais sans le terminer.

COP22 à Marrakech : un passage à l’action réussi qui devra se traduire par une accélération d’ici 2018 Télécharger
Contacts I4CE
Morgane NICOL
Morgane NICOL
Directrice de programme – Collectivités, Adaptation, Financement public Email
Dr. Vivian DEPOUES
Dr. Vivian DEPOUES
Chercheur senior – Adaptation au changement climatique Email
Hadrien HAINAUT
Hadrien HAINAUT
Responsable d'unité – Panorama des financements climat, Transition énergétique et prospective Email
Clothilde TRONQUET
Clothilde TRONQUET
Chercheuse – Carbon farming, Marchés carbone, Clubs Agriculture et Forêt Email
Benoît LEGUET
Benoît LEGUET
Directeur général Email
Pour aller plus loin
  • 01/03/2024
    Les aides de crise agricoles ne cessent d’augmenter et ce n’est satisfaisant pour personne

    I4CE s’est livré à un exercice inédit : estimer les soutiens publics au secteur agricole liées aux crises ces dix dernières années. Les dépenses publiques de prévention, surveillance et indemnisation totales ainsi agrégées donnent le vertige : plus de 2 milliards d’euros rien qu’en 2022 – pour indemniser les pertes occasionnées par plusieurs aléas sanitaires, climatiques et géopolitiques concomitants. 

  • 29/02/2024
    Estimation des dépenses publiques liées aux crises agricoles en France entre 2013 et 2022

    Face aux crises climatiques (sécheresses, inondations, gel), sanitaires (grippe aviaire) ou plus globales (COVID-19, guerre d’Ukraine), les aides d’urgence versées au secteur agricoles ont largement augmenté ces dix dernières années pour atteindre plus de 2 milliards d’euros en 2022, c’est ce que montre ce rapport d’I4CE. Si ces aides sont nécessaires, elles sont en revanche satisfaisantes pour personne, ni pour les pouvoirs publics ni pour les agriculteurs.

  • 29/02/2024 Billet d'analyse
    Cadre de certification européen : une esquisse de qualité qui ne garantit pas la valeur du tableau final

    Les co-législateurs européens viennent de se mettre d’accord en trilogue sur le contenu du futur cadre de certification carbone européen (Carbon Removal Certification Framework, CRCF en anglais). Des négociations fructueuses et rapides dans un contexte de recul général sur l’adoption des différents textes du Green Deal. A l’heure où environnement et revenus des agriculteurs sont mis en opposition, ce projet de règlement rassemble ces deux enjeux pour créer des conditions d‘investissement dans la transition agricole et forestière. De nombreux détails restent cependant à clarifier pour que ce cadre permette des financements à la fois efficaces et ambitieux pour le climat.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer