Dépenses fiscales défavorables au climat : quelles sont-elles et combien coûtent-elles ?

Dans son dernier « budget vert », l’État anticipe 7,6 milliards d’euros de dépenses fiscales défavorables au climat en 2022. Mais derrière cette estimation se cachent des choix méthodologiques qui influent sur le nombre des dispositifs fiscaux considérés et sur leur montant. I4CE explicite pour vous ces choix méthodologiques, et montre qu’ils ont des implications conséquentes sur l’estimation des dépenses fiscales défavorables au climat. 

 

De nombreuses dépenses fiscales considérées comme ’défavorables au climat’ font régulièrement l’objet de débats, compte tenu de leur impact sur les émissions de gaz à effet de serre. Il s’agit notamment des exonérations ou des réductions de taxes accordées à la consommation d’hydrocarbures. Pour les uns, ces mesures vont à l’encontre des engagements nationaux en matière de climat, pour les autres, elles permettent de protéger certains secteurs vulnérables et notamment des secteurs soumis à la concurrence internationale. Avant de se pencher sur la question de leur pertinence, il convient d’établir l’inventaire des dépenses fiscales qui vont à l’encontre des objectifs climatiques de la France, et d’estimer les montants en jeu.

 

Dans le cadre de son dernier « budget vert » annexé au projet de loi de finances, l’État projette 7,6 milliards d’euros de dépenses fiscales défavorables au climat en 2022. Mais derrière cette estimation se cachent des choix méthodologiques qui influent à la fois sur le nombre des dispositifs fiscaux considérés comme défavorables au climat, mais aussi sur leur montant.

 

Dans ce point climat, I4CE explicite ces choix méthodologiques, qui sont de trois types : la sélection du périmètre des dépenses fiscales, la cotation environnementale appliquée aux différentes dépenses fiscales, et les méthodes d’estimation de chacune des dépenses fiscales. Il ressort de cette analyse que ces choix méthodologiques ont des implications conséquentes sur l’estimation des dépenses fiscales défavorables au climat. D’autres choix que ceux retenus dans le budget vert de l’État amèneraient à réévaluer leur montant de 7,6 milliards d’euros à plus de 19 milliards d’euros.

 

Accroître la transparence sur la démarche employée pour estimer les dépenses fiscales dans le prochain budget vert de l’État permettrait d’améliorer la qualité du débat budgétaire sur le climat et d’ouvrir la voie vers une potentielle réforme de ces avantages fiscaux.

 

Cliquez sur ce bouton pour voir l’image

 

En 2 minutes, Maxime Ledez vous explique ce que sont les les dépenses défavorables au climat, combien elles représentent et les limites méthodologique de ce calcul fait par l’Etat.

 

Dépenses fiscales défavorables au climat : quelles sont-elles et combien coûtent-elles ? pdf
Contacts I4CE
Maxime LEDEZ
Maxime LEDEZ
Chargé de recherche - Investissement climat Email
Charlotte VAILLES
Charlotte VAILLES
Cheffe de projet - Industrie, énergie et climat Email
Pour aller plus loin
  • 03/07/2017 Billet d'analyse
    I4CE participe au guide du financement participatif pour le développement des territoires

    Un guide pour se saisir du financement participatif L’association Financement Participatif France, représentante des plateformes de financement participatif françaises, a coordonné la création d’un Guide du financement participatif pour le développement des territoires. I4CE a rédigé les parties portant sur les projets de transition énergétique financés sur le mode participatif, avec : Un bilan des évolutions réglementaires […]

  • 14/09/2015
    Quels mécanismes de financement innovant pour les mesures d’adaptation aux impacts du changement climatique dans les pays développés ? Premier tour d’horizon des principales possibilités

    Par Alexia LESEUR Les impacts du changement climatique obligent nos sociétés à réfléchir à leur adaptation. Parmi les mesures possibles, certaines pourront être très intensives en capital. Dans le contexte économique actuel, différents montages financiers – ou des modifications d’outils financiers existants – sont a priori envisageables mais peinent à être mis en place. Cet […]

  • 15/10/2020 Billet d'analyse
    Plan de relance : encore trop peu, mais pas trop tard pour le fret ferroviaire

    Le ferroviaire semble en bonne place dans le plan de relance du gouvernement, avec 4,7 milliards d’euros alloués au rail. Mais le fret ferroviaire ne bénéficie pour l’heure que d’environ 200 millions d’euros spécifiquement fléchés, le reste allant à la modernisation et mise en sécurité du réseau ou au maintien de petites lignes. I4CE a invité Patrice Geoffron, Professeur à l’université Dauphine-PSL, à analyser le volet ferroviaire du plan de relance, en se concentrant sur le fret, parent pauvre du rail depuis des décennies.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer