Publications Europe Financement public

État des lieux des progrès de l’Union européenne vers la neutralité climat

2 juillet 2024 - Étude Climat - Par : Eike KAROLA VELTEN / Clara CALIPEL / Matthias DUWE / Nick EVANS / Charlotte FELTHÖFER / Jonathan GARDINER / Markus HAGEMANN / Finn HOSSFELD / Ciarán HUMPHREYS / Lukas KAHLEN / Simon LALIEU / Martyna LEŚNIAK / Paula SCHÖBERLEIN / Aleksander ŚNIEGOCKI / Aneta STEFAŃCZYK / John TARPEY

Évaluer l’état d’avancement des travaux pour éclairer les prochaines étapes de l’élaboration des politiques publiques européennes

L’Union européenne (UE) s’est engagée sur la voie de la neutralité climat d’ici à 2050. Ce projet multigénérationnel offre de nombreuses opportunités sociétales, économiques et environnementales. En même temps, il est d’une ampleur sans précédent et implique des changements considérables dans les systèmes actuels, qui doivent être anticipés et pris en compte pour que la transition soit équitable et acceptable pour tous. Un contrôle régulier des progrès accomplis est essentiel pour comprendre où en est l’UE dans son parcours. Il permet d’identifier les défis et les opportunités et de prendre des mesures politiques ciblées pour orienter les investissements, l’offre, la consommation et le développement sociétal. Il n’existe toujours pas de suivi officiel, complet et régulier des progrès à l’échelle de l’UE pour y parvenir.

 

Ce deuxième bilan d’étape d’ECNO vise à combler le manque d’informations actuel. Il fournit une vue d’ensemble de l’état d’avancement de l’UE vers la neutralité climatique et identifie les principaux domaines d’action pour le prochain cycle politique.

 

L’état d’avancement : des progrès notables mais encore trop lents

L’UE a continué à progresser sur la voie de la neutralité climat en ce qui concerne de nombreux éléments constitutifs d’une société climatiquement neutre. Même si les 13 éléments restent classés dans la même catégorie de progrès que dans l’évaluation de 2023, ce qui nécessite encore une accélération de la transition, un examen plus approfondi révèle des progrès importants et prometteurs dans les indicateurs individuels et dans les politiques nouvelles et révisées. Dans l’évaluation de cette année, 75 indicateurs évoluent dans la bonne direction et de nombreux changements à petite échelle se produisent sous la surface. Dix indicateurs ont vu leur classification s’améliorer, tandis que trois ont ralenti leur progression, passant à une classification inférieure :

 

Les émissions industrielles de gaz à effet de serre (GES) ont diminué plus rapidement, ce qui a également été observé dans l’agriculture. Toutefois, le rythme des réductions de GES s’est ralenti dans le secteur de la production d’électricité. Le déploiement des énergies renouvelables et des vecteurs énergétiques propres s’est accéléré. L’intensité énergétique de l’industrie s’est également améliorée, tout comme les fonds publics alloués à la recherche et au développement dans les domaines de l’environnement et de l’énergie.

 

La transition vers la neutralité climat a généré davantage d’emplois dans les chaînes d’approvisionnement en énergies renouvelables et dans les biens et services environnementaux. La pauvreté régionale dans les régions charbonnières et d’industrie lourde a diminué, grâce à une amélioration générale de l’emploi dans ces régions.

 

Toutefois, les progrès en matière de réduction de la privation matérielle se sont ralentis en raison de la flambée des prix des énergies fossiles. L’aide publique aux ménages s’est accrue, mais elle s’est concentrée de manière disproportionnée sur l’aide à court terme plutôt que sur la résilience à long terme. Les subventions aux combustibles fossiles ont triplé entre 2021 et 2022, dépassant la croissance des aides à l’efficacité énergétique, dont la part a donc diminué.

 

Enfin, l’aide publique au développement (APD) de l’UE allouée à l’action climatique a augmenté en 2021. Il s’agit d’une amélioration, mais la proportion de l’APD allouée à l’action climatique reste bien trop faible.

 

Cliquez ici pour voir « Figure 1 State of progress across 13 building blocks of a climate neutral future » en anglais

 

Rapport uniquement disponible en anglais

Actions for 2024-2029 EU policy

1: Advance effective implementation of the existing policies

The broad set of EU policies adopted in the past four years now requires national implementation, thus it is identified as an action area in each building block. EU-level support to Member States, along with further specification of the legal requirements and stricter follow-up to ensure adherence would facilitate national implementation.

 

2: Get the finance right for the transition

A strong policy push is needed to redirect financial flows towards transition financing, including progressively phasing out fossil fuel subsidies, and to close the investment gap. Progress could be made by developing a new EU financing plan integrating existing regulations and funds to facilitate coordination and support for Member States.

 

3: Ensure a socially just and people-centred transition

Citizens show strong support for climate action. To maintain citizens’ resolve, further progress is needed to ensure that they feel engaged in the process and that no one is left behind. A citizen-centric approach to decisions over the coming years could strengthen this dimension.

 

4: Accelerate the industrial transition as part of an EU competitiveness deal

Providing additional EU-level funding and leveraging existing spending may accelerate progress of the industrial transition. In addition, national energy and climate plans (NECPs) should consider the three enablers – circularity, energy efficiency, and zero carbon energy carriers.

 

5: Encourage efficiency, modal shift,and electrification in buildings and mobility

For buildings, the achievement of wide-spread deep renovation could be helped through compliance support and an enforcement system. In mobility, progress could be made by targeting corporate fleets, expanding cross-border public transport, and supporting Member States in their incentive schemes and infrastructure development.

 

6: Ensure a predictable and just transition in agriculture

Advancing progress in agrifood can build on a shift of public funding to encourage low-emission, socially just and resilient agriculture. Standardised criteria for food procurement and labelling would support healthier, plant-based diets. Action should be taken to reduce food waste.

 

7: Invest in (natural) carbon dioxide removals urgently

There is an urgent need to further expand sustainable forest practices and promote restoration, reforestation, and sustainable management – including a shift towards more near-natural forests. Deployment of technical CDR requires demonstrating its sustainability.

 

8: Enhance global climate action through climate finance and diplomacy

Global climate action could be advanced by the EU through effective partnerships and a foreign and trade policy centred around the global transition. International climate finance should correspond to the fair share and alignment of all public funds with the goals of the Paris Agreement.

 

9: Improve data for smarter policy-making

Action should be taken to close data gaps. These can include new or better reporting obligations and adjusted data collection routines that also improve the efficiency of processes and spending.

 

10: Establish an official EU-wide transition monitoring

The need for an official EU progress monitoring system persists. Integrating smartly with existing planning, monitoring, and reporting activities, such a system would allow for greater comparability, facilitate evaluations, and increase transparency. It could reduce overall effort and administrative burden for Member States and EU institutions alike.

 

 

The European Climate Neutrality Observatory is an independent, consortium-based entity, initiated and supported by the European Climate Foundation. 

État des lieux des progrès de l’Union européenne vers la neutralité climat Télécharger
Contacts I4CE
Clara CALIPEL
Clara CALIPEL
Chercheuse – Investissements climat européens Email
Ciarán HUMPHREYS
Ciarán HUMPHREYS
Chercheur – Cleantech, Financement de l'innovation climat Email
Pour aller plus loin
  • 05/07/2024
    Après 5 ans de Green Deal, où en est l’Europe sur la voie de la décarbonation ?

    À la suite des élections européennes du 9 juin, l’Union européenne s’adapte à une nouvelle réalité politique plus conservatrice. Malgré cette évolution, les nouveaux dirigeants européens devront trouver une réponse crédible à la question de savoir comment le continent doit parvenir à la neutralité climat d’ici à 2050. Pour comprendre comment y parvenir, nous devons avoir une idée claire des progrès déjà accomplis. C’est là qu’intervient l’Observatoire européen de la neutralité climat (European Climate Neutrality Observatory, ECNO).

  • 28/06/2024
    Des actifs échoués aux actifs à risque : repenser l’approche des institutions financières privées européennes

    Les institutions financières privées doivent recadrer leur approche sur la gestion des risques liés aux actifs échoués. L’approche actuelle, qui consiste à quantifier l’exposition au secteur des combustibles fossiles dans un cadre limité de portefeuilles financiers (principalement des prêts), sous-estime largement les pertes potentielles liées à l’échouage (lorsqu’un actif devient “échoué”, c’est-à-dire subit une dépréciation forte, inattendue). Étant donné que la transition vers une économie à faibles émissions de carbone a des répercussions sur tous les secteurs économiques, les institutions financières privées doivent prendre en compte les risques d’échouage liés à la transition dans leur cadre global de gestion des risques liés à la transition, en adoptant une approche « globale de l’économie ». Les approches traditionnelles de gestion des risques sont mal adaptées aux défis méthodologiques et de quantification des risques d’échouage liés à la transition, de sorte qu’une approche flexible, dynamique et prospective est nécessaire.

  • 17/06/2024 Tribune
    Climat : doublons nos investissements en Europe

    Pour une Europe sûre et plus compétitive, il va falloir investir davantage en faveur de notre souveraineté énergétique et agricole, de notre compétitivité industrielle et de la protection de nos populations face aux aléas climatiques, estime Benoît Leguet, directeur de l’Institut de l’économie pour le climat. Oui, mais comment ? Si la surprise était plutôt à Paris qu’à Bruxelles dimanche soir, une lecture européenne des élections du 9 juin s’impose. Car même si elles font l’actualité au-delà de nos frontières, les élections législatives françaises n’auront qu’un impact limité sur le choix des « top jobs » bruxellois : présidence de la Commission, collège des commissaires, présidence du Parlement européen, présidence du Conseil.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer