Trois notes sur la gestion des risques climatiques de transition par les acteurs financiers – Résumé pour décideurs

I4CE a produit une série de trois Points Climat sur la gestion des risques de transition par les acteurs financiers. Ces publications présentent les enjeux clés des risques climatiques, de la théorie à la pratique, en proposant des recommandations structurées autour de trois questions :

Depuis la révolution industrielle, l’accumulation à un niveau sans précédent de gaz à effet de serre dans l’atmosphère entraine un réchauffement climatique aux conséquences multiples sur les économies et les sociétés du globe. D’un autre côté, pour limiter le réchauffement climatique en-deçà de 2°C et ainsi en limiter les conséquences économiques, des politiques sont progressivement mises en place pour orienter l’économie vers une transition bas-carbone. Ces deux tendances, opposées mais néanmoins liées, entraîneront des impacts financiers pour l’ensemble des acteurs économiques. La détérioration de la performance financière de certains acteurs se traduira en risque de crédit, risque de contrepartie, risque de liquidité, risque opérationnel et risque de marché pour les acteurs financiers. La matérialisation de ces risques de transition pourrait avoir lieu dans les dix prochaines années, voire avant, notamment dans le cas d’un changement soudain de sentiment du marché entraînant une dépréciation brutale de certains titres financiers.

Ainsi les risques climatiques peuvent être divisés en trois catégories, comme proposé par Mark Carney :

  • Les risques climatiques physiques: ce sont les impacts financiers incertains qui résultent des effets du changement climatique (modification des températures moyennes et régimes de précipitations, augmentation de la fréquence et de la sévérité des événements climatiques extrêmes…) sur les acteurs économiques et sur les portefeuilles d’actifs;
  • Les risques de transition: ce sont les impacts financiers incertains (positifs et négatifs) qui résultent des effets de la mise en place d’un modèle économique bas-carbone sur les acteurs économiques. Les risques de transition sont caractérisés par une incertitude « radicale » sur la nature de la trajectoire bas-carbone (i.e. la trajectoire de réduction des émissions de gaz à effet de serre, qui restructure l’économie) et une incertitude plus « habituelle » sur les modalités de mise en œuvre de cette trajectoire en termes économiques et sociaux.
  • Les risques de responsabilité : ce sont les impacts financiers incertains résultant d’éventuelles poursuites en justice pour avoir contribué au changement climatique ou par ne pas avoir suffisamment pris en compte les risques climatiques.

L’analyse réalisée par I4CE dans ces trois Points Climat se concentre sur les risques de transition. La gestion des risques climatiques physiques par les acteurs financiers est tout aussi importante, mais nécessite une analyse différente et une autre stratégie de gestion par les acteurs financiers. La gestion des risques climatiques physiques par les acteurs financiers fera l’objet de travaux ultérieurs par I4CE.

Pour aller plus loin
  • 13/06/2019 Billet d'analyse
    Il est temps de connecter les initiatives internationales sur la finance climat !

    Depuis 2016, I4CE est le Secrétariat de l’Initiative « Climate Action in Financial Institutions  » (Action pour le climat dans les institutions financières). Lancée à COP21 en 2015, l’Initiative rassemble 44 institutions financières publiques et privées pour faire du changement climatique une composante essentielle de leurs stratégies. Tirant parti de son expertise et de son réseau, I4CE aide l’Initiative à favoriser les échanges entre les « Institutions d’appui  » sur les pratiques et approches émergentes en matière d’intégration du changement climatique.

  • 04/05/2017
    Quelles analyses des enjeux climatiques les acteurs financiers peuvent-ils réaliser dès aujourd’hui ?

    Des Institutions financières exposées aux enjeux climatiques Les institutions financières sont exposées à des risques – et opportunités – climatiques de transition, qui correspondent aux incertitudes sur les impacts financiers (positifs et négatifs) que subiront les acteurs économiques qu’ils financent. Les impacts varieront selon la trajectoire suivie par l’économie mondiale pour limiter les émissions de […]

  • 28/10/2021 Billet d'analyse
    La finance à la COP 26 : intéressons-nous à ce qui n’est pas sexy

    Des engagements du secteur financier sont attendus à la COP26, et les attentes sont élevées. Mais le sont-elles vraiment ? Pas suffisamment selon Anuschka Hilke d’I4CE, pour qui la communauté financière doit aller au-delà de la réduction de son exposition aux risques liés au climat. Ce qui implique des engagements et des annonces beaucoup moins « sexy », par exemple sur la prise en compte du climat dans toutes les procédures internes.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer