Relever les défis de l’analyse du risque climatique physique en finance

2 février 2021 - Etude Climat - Par : Romain HUBERT / Iulia MARGINEAN / Michel CARDONA / Christa CLAPP / Jana SILLMANN

Alors que les impacts financiers du changement climatique se matérialisent déjà, les régulateurs incitent activement les institutions financières à analyser et gérer leur exposition aux « risques climatiques physiques », et à expliquer comment elles s’y prennent suivant les recommandations de la TCFD. Comment les acteurs financiers peuvent-ils se saisir efficacement de cet exercice nouveau ? 

 

Document en anglais

 

I4CE et CICERO synthétisent dans ce rapport les enseignements pratiques du projet ClimINVEST : plus de trois ans de collaboration entre experts du climat et acteurs financiers européens, pour faire progresser l’analyse et la gestion de ce risque en finance. L’expérience a permis la collaboration de Carbone 4, Climate Adaptation Services, CICERO, I4CE, Météo France et Wageningen Environmental Research avec de nombreuses institutions financières aux Pays-Bas, en Norvège et en France. Les participants français incluent notamment l’AFD, BPCE, la Caisse des Dépôts, HSBC, Natixis.

 

Le projet a mis en lumière quatre grands défis d’analyse et de gestion que les échanges entre scientifiques et acteurs financiers ont permis de relativiser en partie : la tragédie des horizons ; la boite noire des services climatiques ; l’accessibilité des données ; le chiffrage des pertes potentielles.

 

Il reste cependant beaucoup de travail à accomplir. Le rapport synthétise donc également les recommandations d’action prioritaires formulées par douze institutions financières participantes fortement actives sur le sujet, ainsi que les partenaires de recherche du consortium. Il est recommandé en particulier aux acteurs financiers de monter en expertise sur le sujet du risque climatique physique, et d’expérimenter les enjeux d’analyse sur leurs propres portefeuilles. Ils pourront s’appuyer notamment sur les ressources publiques diffusées par le projet ClimINVEST, présentées sur la figure ci-dessous. Le développement d’interactions avec un écosystème dépassant les seuls acteurs financiers sera aussi un facteur clef de progrès rapide. Régulateurs, superviseurs, scientifiques, fournisseurs de services, municipalités, etc. ont un rôle à jouer.

 

Accéder aux liens cliquables de l’infographie

 

Cliquez sur ce bouton pour voir l’image

 

Romain Hubert, Chef de projet, vous explique en deux minutes ce qu’est le risque climatique physique et les challenges auxquels les banques font face :

 

 

Relever les défis de l’analyse du risque climatique physique en finance Télécharger
Contacts I4CE
Romain HUBERT
Romain HUBERT
Chef de projet - Finance, investissement et climat Email
Michel CARDONA
Michel CARDONA
Expert associé senior - Secteur financier, Risques et Changement climatique Email
Pour aller plus loin
  • 20/01/2023
    Financement du développement : les bonnes résolutions de 2023

    L’année 2022 a abouti à un consensus important : l’architecture financière mondiale n’est plus adaptée aux enjeux actuels. L’écosystème financier créé après-guerre pour soutenir le développement international (au centre duquel se trouvent le FMI et la Banque mondiale) n’a pas été conçu pour répondre à la multiplicité des crises auxquelles le monde est confronté aujourd’hui, au premier rang desquelles le dérèglement climatique. Le temps presse mais la bonne nouvelle est que l’année 2023 sera jalonnée d’évènements importants pour mener à bien la réforme de l’architecture financière internationale, dont le sommet de Paris en juin. Et l’année se terminera à la COP 28, où nous ferons officiellement le bilan des progrès réalisés pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris.

  • 19/01/2023 Billet d'analyse
    2023, l’année de la réforme du financement du développement

    L’année 2022 a abouti à un consensus international : l’architecture financière mondiale n’est plus adaptée aux enjeux actuels. 2023 sera une année de réforme pour le financement du développement, avec de nombreux événements organisés, dont un sommet à Paris, au mois de juin. Alors que les discussions se sont cristallisées autour de la nécessité d’augmenter les volumes de financement pour le développement, Alice Pauthier revient sur l’importance de mettre l’impact au cœur d’une réforme qui devra être tirée guidée au niveau local, par l’identification des besoins de financements pour la transition. Cette réforme est une opportunité à ne pas manquer et les Institutions Financières Publiques ont un rôle clé à jouer dans la future architecture internationale.

  • 15/12/2022
    Les limites des engagements climat volontaires des acteurs financiers privés

    La finance privée ne financera pas la transition sans un engagement plus fort des pouvoirs publics.
    Depuis plusieurs années, et particulièrement depuis la COP 26, beaucoup d’attention et de temps ont été consacrés aux engagements volontaires des acteurs financiers privés. Pris dans le cadre d’initiatives internationales, ces engagements doivent en principe permettre de mobiliser la finance privée au profit de la transition vers une économie neutre en carbone.

Voir toutes les publications
Contact Presse Amélie FRITZ Responsable communication et relations presse Email
Inscrivez-vous à notre liste de diffusion :
Je m'inscris !
Inscrivez-vous à notre newsletter
Une fois par semaine, recevez toute l’information de l’économie pour le climat.
Je m'inscris !
Fermer