La restructuration de l'économie vers un système à faible émission de carbone implique de développer les activités alignées sur les besoins d'une économie nette zéro, d’en restructurer d'autres afin de les rendre compatibles avec ces besoins et d’arrêter les activités nuisibles. Le secteur financier doit anticiper ces dynamiques afin de faire face aux risques stratégiques et de saisir les opportunités qui s'offrent à lui dans ses activités. Cependant, les acteurs financiers ne sont pas directement équipés pour prendre en compte ce risque de transition caractérisé par la difficulté d’anticiper les dynamiques complexes et inédites de la transition bas carbone, ainsi que par l'impossibilité de définir une distribution de probabilité objective des futurs possibles. Cette caractéristique du risque de transition est appelée "l’incertitude profonde".  

Clarifier comment les acteurs financiers devraient mettre en œuvre l'analyse par scénarios pour une intégration stratégique de l'incertitude profonde 

Comme le recommande la TCFD, l'analyse par scénarios peut être particulièrement utile pour assurer une bonne intégration stratégique de l'incertitude profonde autour de la transition bas carbone. Principalement par le biais d'exigences de reporting, les régulateurs ont invité les acteurs financiers à mettre en œuvre le processus d'analyse par scénarios et à rendre compte de ses conséquences stratégiques.   Cependant, les acteurs financiers ont jusqu'à présent divulgué des informations disparates sur leurs analyses par scénarios et leurs implications stratégiques. Ils s’appuient généralement sur des méthodologies développées par des tiers, qui peuvent manquer de transparence et qui sont confrontées à une série de difficultés communes.  Alors que les acteurs financiers et les régulateurs acquièrent de l'expérience en matière d'analyse par scénarios, il leur reste compliqué d’identifier ce qui doit être fait pour garantir la pertinence stratégique de l'exercice – et notamment la bonne intégration de l'incertitude profonde.   

Un rapport qui définit des principes à suivre pour assurer la pertinence stratégique de l'analyse par scénarios 

I4CE a défini une série de principes théoriques qui devraient être mis en œuvre. Ils ont été définis sur la base de : l'examen des cadres d'analyse théoriques utilisés par une sélection de prestataires de services ; les enseignements tirés des approches de prospective stratégique appliquées dans des contextes industriels ; la recherche sur la prise de décision en situation d'incertitude profonde.  Comme illustré ci-dessous, les principes sont regroupés en six composantes essentielles d'un processus d'analyse par scénarios, nécessaires pour une intégration stratégique de l'incertitude profonde. Ils ne sont ni exhaustifs ni représentatifs de l'ordre chronologique des étapes du processus d’analyse dans la pratique.  Le rapport complet résume les principes sous la forme d’une checklist. (voir aussi le fichier dédié ci-dessous) La checklist comprend non seulement des aspects techniques, mais aussi des conseils d’organisation pour mobiliser efficacement les équipes. La checklist peut être utilisée par exemple par les acteurs financiers pour améliorer leur approche interne et guider leurs échanges avec les prestataires de services, et par les régulateurs et superviseurs financiers pour clarifier leurs attentes, par le biais d'exigences de reporting et les processus d'examen des pratiques internes de gestion des risques.

Plusieurs parties prenantes devraient être mobilisées pour favoriser la mise en œuvre effective des principes 

La revue des méthodes d'analyse par scénarios en finance révèle l’émergence de pratiques pertinentes. Cependant, comme illustré ci-dessous, elles sont également confrontées à plusieurs difficultés communes. Le rapport complet fait des recommandations pour gérer ces difficultés et stimuler la généralisation des pratiques déjà pertinentes. Si les régulateurs et superviseurs financiers doivent guider la mise en œuvre de l'analyse de scénarios, un éventail plus large de parties prenantes doit également collaborer pour répondre aux besoins d’amélioration.  Ce rapport fait partie du projet Finance ClimAct et a été réalisé avec la contribution du programme LIFE de l'Union européenne. Ce travail reflète uniquement les opinions dI4CE - Institute for Climate Economics. Les autres membres du Consortium Finance ClimAct et la Commission européenne ne sont pas responsables de l'usage qui pourrait être fait des informations qu'il contient.  Avec la contribution du programme LIFE de l'Union européenne